Lundi, 20 Novembre, 2017

Pollution : neuf millions de morts chaque année dans le monde

L'eau polluée serait liée à 1,8 million de morts via par exemple un mauvais assainissement ou la contamination des sources causes de maladies gastro-intestinales et d'infections parasitaires Un décès sur six dans le monde en 2015 lié à la pollution
Marie-Paule Arceneaux | 21 Octobre, 2017, 00:47

L'étude publiée par la revue médicale The Lancet ce vendredi 20 octobre tire la sonnette d'alarme... Après deux ans de travail d'une commission associant la revue médicale britannique, plusieurs organismes internationaux, des ONG et une quarantaine de chercheurs spécialisés dans les questions de santé et d'environnement, le texte indique "que les maladies causées par la pollution ont été responsables de 9 millions de morts prématurées en 2015 - soit 16% de l'ensemble des décès dans le monde". La pollution atmosphérique, principalement provoquée par l'industrie et les véhicules à moteur est responsable de 4,5 millions de décès par an.

Quel est le fléau qui provoque trois fois plus de morts que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis et 15 fois plus de décès les guerres? Comment est-ce possible? La pollution peut tuer en contaminant l'air, l'eau et les lieux de travail de manière générale.

La pollution de l'air intérieure et extérieure reste la plus meurtrière en étant responsable de 6,5 millions de morts chaque année. Elle serait en effet la cause de 800.000 décès causés notamment par l'exposition à des substances toxiques ou cancérigènes.

Il note que de nombreuses stratégies de lutte contre la pollution qui ont été efficaces dans certains pays plus riches - des technologies plus récentes, ainsi que des lois, politiques et réglementations saines - peuvent être adaptées aux pays à tous les niveaux de revenu. Dans les pays comme l'Inde, le Pakistan, le Tchad et Madagascar, la pollution serait en cause dans un décès sur quatre. Or cette question est encore "négligée tant par les gouvernements que par les organisations pour le développement" pour la revue, qui appelle "à s'attaquer d'urgence à la situation".