Mercredi, 17 Octobre, 2018

Plus de blessés à l'heure d'hiver

A 3 heures ce dimanche il sera deux heures et pas l'inverse A 3 heures ce dimanche il sera deux heures et pas l'inverse
Manon Joubert | 29 Octobre, 2017, 01:18

Toujours dans un souci d'économie d'énergie.

La France passe à l'heure d'hiver, la nuit prochaine.

Depuis 1976, année de son institution, c'est devenu un rituel: en octobre, on recule sa montre d'une heure (quand fin mars on l'avance d'une heure pour être à l'heure d'été). Pour mieux appréhender ce changement d'heure, le Dr Marie-Laurence Vent, pneumoloque et co-responsable de l'unité dédiée au sommeil au centre hospitalier de Vichy, évoque les perturbations qu'il entraîne sur l'organisme.Le passage à l'heure d'hiver, qui correspond à un trajet en voiture Clermont-Vichy d'une heure, peut paraître insignifiant.

Vous le savez, on change d'heure ce weekend. C'est la réalité froide et concrète du changement d'heure, en l'occurrence du passage à l'heure d'hiver.

Décalage. En France, l'heure légale est sans cesse en décalage avec notre fuseau horaire. Attention donc à ne pas ajouter une heure de plus manuellement.

Quant aux impacts négatifs sur l'horloge biologique, on observe des troubles du sommeil, mais aussi des troubles de l'appétit et des problèmes de concentration. Depuis 1998, les dates de changement d'heure ont été harmonisées au sein de l'Union européenne. Néanmoins, tous les pays ne sont pas concernés par ce changement d'heure: la Russie, l'Iran et l'Égypte, par exemple, ont abandonné cette pratique, tout comme la Turquie qui y a renoncé l'année passée. Et cette fois, il faudra avancer les cadrans d'une heure. Les arguments souvent rappelés: absence réelle d'économie d'énergie, troubles du sommeil, de l'alimentation, de l'humeur...