Vendredi, 15 Décembre, 2017

Medvedev aujourd'hui à Alger: Le retour en force des Russes

Medvedev Bouteflika Medvedev 9-11 octobre, visite à l'Algérie et le Maroc, où il discutera de la coopération dans l'énergie
Manon Joubert | 10 Octobre, 2017, 00:22

"Aucune ingérence extérieure n'est acceptable, c'est le seul moyen de résoudre les conflits en Syrie, en Libye, au Yémen et au Mali", déclarait le Premier ministre russe dans une interview accordée à l'APS et publiée hier soir.

Cette visite qui intervient après la tenue, en septembre dernier, de la 8e Commission mixte pour la coopération, sera une occasion pour les deux pays d'approfondir et de consolider leur dialogue stratégique et leur coopération multiforme qui reposent sur la déclaration de partenariat conclue à Moscou en avril 2001, sous la supervision du président de la République, Abdelaziz Bouteflika et son homologue russe, Vladimir Poutine.

Dmitri Medvedev effectue une visite officielle en Algérie ce lundi 09 octobre 2017, sept ans après son premier séjour en terre algérienne.

La Russie envisage, selon lui, d'augmenter considérablement le volume de sa coopération avec l'Algérie, principalement dans les secteurs de l'industrie et de l'énergie. Mais la balance commerciale est en défaveur de l'Algérie, avec 523 millions de dollars d'importations algériennes (hors armement) auprès des fournisseurs russes. "Mais il nous faut progresser davantage (.) Je suis certain que nos pays ont le même intérêt à développer leur partenariat dans plusieurs domaines".

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev estime que la dissémination du terrorisme est devenue un défi global auquel on ne pourrait faire face qu'en réunissant les efforts de tous les États. "Nous en avons les possibilités", soutient-il. Le Premier ministre a précisé qu'une base juridique pour la coopération dans ce secteur avait été établie.

L'agroalimentaire (exportation de céréales en Algérie), la sécurité, l'extraction de ressources, le transport maritime et fluvial, les hautes technologies de l'espace, du bâtiment et de la pharmaceutique sont aussi des domaines que les deux pays pourraient explorer, d'après le Premier ministre russe. "Si l'Algérie déciderait de créer une industrie nucléaire nationale, nous serons prêts à offrir nos technologies et nos solutions techniques (.) Nous sommes également prêts à étudier des projets concernant la production d'électricité propre par les installations éoliennes ou solaires", a-t-il déclaré.