Dimanche, 19 Novembre, 2017

Manifestation géante contre les violences policières — Barcelone

Victoire du « oui » à l'indépendance à 90%, selon les autorités catalanes Liga : Le Barça suit la Catalogne et fera grève mardi
Mickael LaFromboise | 04 Octobre, 2017, 00:15

S'il y a bien un principe sur lequel s'accordent presque tous les Catalans, c'est le refus de la brutalité policière, après le référendum d'autodétermination.

Les syndicats de médecins et d'infirmières s'associent également au mouvement, tout comme des entités aussi diverses que le FC Barcelone, le Théâtre national de Catalogne, le Musée national d'art de Catalogne ou même la Sagrada Familia.

"Le FC Barcelone se joindra à la grève générale de mardi et en conséquence, le club sera fermé demain", a indiqué le Barça.

Alors que l'Espagne traverse sa crise la plus grave depuis le retour de la démocratie en 1977, le roi Felipe VI, symbole de l'unité du pays, devait prononcer une allocution à 21h00 (19h00 GMT).

Ce jeune homme, ci-dessous, illustre ce qui a révolté les Catalans.

" Les rues seront toujours à nous ", " Forces d'occupation, dehors ", crient les manifestants dans les rues du centre de Barcelone en agitant des drapeaux séparatistes. Des manifestations visant la police nationale ainsi que la garde civile se multiplient depuis lundi devant les hôtels qui les hébergent, selon des syndicats et des témoins.

Malgré l'intervention policière violente dans plus d'une centaine de bureaux de vote pour empêcher le référendum, 2,2 millions de personnes ont participé au vote, selon le gouvernement régional catalan.

La chorale de l'Opéra de Barcelone a par exemple entonné un vibrant et symbolique Va, pensiero de Verdi.

Depuis 2010, l'indépendantisme a gagné du terrain en Catalogne, alimenté par la crise économique et par la suppression du statut d'autonomie de la région par la Cour constitutionnelle, à la demande du Parti populaire (PP, conservateur) de Rajoy.

Autour de la ville, même les autoroutes ont été bloquées, comme le montre cette image surréaliste de manifestants jouant paisiblement une partie d'échec devant leur barrage. Selon l'exécutif catalan, le "oui " l'a emporté à 90 %. "Elle affecte les dockers et les transporteurs", a expliqué une porte-parole du port. "C'est une déception car nous ne sommes ici que quelques jours, mais il est difficile de dire que mes vacances sont plus importantes que ce qui est en train de se passer", a déclaré Karen Healey, une Américaine de 53 ans, face à la célèbre Casa Batlló de Gaudí, fermée elle aussi.

Les autorités catalanes n'ont en tout cas signalé aucun blessé ni aucun incident majeur, à 17h ce mardi.