Samedi, 21 Octobre, 2017

Macron "ne veut pas protéger l'industrie française" dit Le Pen — Whirlpool

Le président Emmanuel Macron parle avec le député LFI François Ruffin pendant une visite de l'usine Whirlpool à Amiens le 3 octobre 2017  POOL  AFP Le président Emmanuel Macron parle avec le député LFI François Ruffin pendant une visite de l'usine Whirlpool à Amiens le 3 octobre 2017 POOL AFP
Napoleon Lievremont | 04 Octobre, 2017, 00:22

Le face à face entre Macron et les ouvriers en colère avait été houleux, mais l'ancien ministre de l'Economie avait pris le temps de discuter longuement, et il avait promis de revenir.

Le président Emmanuel Macron parle à des employés pendant une visite de l'usine Whirlpool à Amiens le 3 octobre 2017  POOL  AFP
Le président Emmanuel Macron parle à des employés pendant une visite de l'usine Whirlpool à Amiens le 3 octobre 2017 POOL AFP

Emmanuel Macron et François Ruffin se sont retrouvés mardi pour un échange plus calme qu'à leur habitude, à l'usine Whirlpool, à Amiens (Somme), où ils s'étaient expliqué pendant la campagne présidentielle. "Ici, c'est exemplaire d'un dialogue social qui fonctionne", a-t-il dit lors de son tour dans l'usine. "Je n'ai jamais défendu ni l'intérim, ni les contrats courts, ni la précarité" a rétorqué le chef de l'Etat. Un accord de reprise a été signé le 12 septembre avec l'entreprise de l'industriel picard Nicolas Decayeux. Pour Emmanuel Macron, c'est surtout le souvenir de cette journée chaotique, pendant l'entre-deux-tours, durant laquelle sa concurrente Marine Le Pen l'avait "doublé" en se rendant à l'usine, au milieu des salariés, quand lui échangeait avec les syndicats. "Il peut se poser en président du travail au moment où la réforme de l'impôt sur la fortune alimente la polémique, et où il y a urgence de casser cette image de président des riches". Mais qui va donner un métier aux intérimaires? La réforme, qui peut être contestée, elle évite [.] d'avoir le marché du travail tel qu'il est aujourd'hui: "vous avez les gens dans l'entreprise qui ont la protection" et ceux qui n'ont pas d'emploi, a-t-il fait valoir. "Ces formules dans lesquelles les passions tristes françaises aiment s'enfoncer ne permettent pas d'avancer". Selon l'Elysée, l'entreprise WN reprendra 236 salariés, les autres "ayant fait le choix d'autres projets professionnels ou de départ à la retraite", et "un objectif de 277 salariés doit être atteint à horizon 2020". Avant l'arrivée du Président, vers 9h30, sur le site samarien, François Ruffin avait souligné que l'issue heureuse des difficultés économiques de l'entreprise, "ça n'a pas été fait par hasard, mais parce que les salariés se sont bougés le derrière". "Aujourd'hui, on vous accueille dans un climat beaucoup plus apaisé que lors de votre dernière visite", lui a dit le responsable de l'usine, Carlos Ramos, vantant le projet de reprise et l'engagement des pouvoirs publics. Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, était aux côtés du chef de l'Etat. Emmanuel Macron devait se rendre dans l'après-midi dans un nouveau centre de distribution d'Amazon AMZN.O, à Boves. Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters. "Reuters" and the Reuters Logo are trademarks of Thomson Reuters and its affiliated companies.