Lundi, 20 Novembre, 2017

Les intoxications graves en hausse — Champignons

France 3 Occitanie France 3 Occitanie
Marie-Paule Arceneaux | 24 Octobre, 2017, 00:40

A chaque saison son charme et ses traditions.

Le ministère recommande de faire analyser les champignons cueillis dans la nature par des spécialistes. Oui mais attention! Tous ne sont pas comestibles et certains peuvent même s'avérer dangereux pour la santé. Le ministère de la Santé fait savoir que depuis le début de la surveillance, début juillet, 32 cas graves d'intoxications par des champignons ont déjà été rapportés sur 1 179 cas signalés, alors que la moyenne annuelle observée est d'une vingtaine de cas graves.

Sur les 32 cas, 20 correspondent à un "syndrome phalloïdien", caractérisé par des signes digestifs survenant en moyenne 10h à 12h après la consommation de champignons et qui peut être à l'origine d'une atteinte hépatique mortelle en l'absence de traitement1 Ce syndrome peut être causé par des amanites (amanite phalloïde, amanite vireuse.), des petites lépiotes ou des galères2. Ainsi, deux personnes ont dû bénéficier rapidement d'une greffe hépatique.

En priorité, et en cas de doute, il est indispensable de faire identifier sa récolte par un spécialiste (pharmaciens, mycologues des associations ou sociétés savantes de mycologie3) avant toute consommation; certaines intoxications pouvant s'avérer mortelles.

Et ne vous croyez pas à l'abri.

La direction Générale de la santé, les centres antipoison, la DGS (direction générale de la santé), l'ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire alimentaire) ont transmis un communiqué pour mettre en garde les consommateurs de champignons.

Pensez aussi à prendre en photo vos champignons récoltés avant cuisson.

- de ne jamais proposer de champignons cueillis à de jeunes enfants. Il est utile de noter les heures du ou des derniers repas, l'heure de survenue des premiers signes et de conserver les restes de la cueillette pour identification.

"En cas d'apparition de symptômes (diarrhées, nausées, vomissements, tremblements, vertiges, troubles de la vue), appelez immédiatement le 15, ou le centre antipoison de la région".