Mercredi, 14 Novembre, 2018

Le Sénégal élu au conseil des droits de l'homme de l'ONU

Un mère et ses enfants qui a fui les combats entre miliciens et forces gouvernementales dans la région des Kasai dans le centre de la République démocratique du Congo, le 27 juillet 2017. Le conflit aurait déjà fait 4 000 morts selon l’Eg Le Sénégal élu au conseil des droits de l'homme de l'ONU
Manon Joubert | 18 Octobre, 2017, 00:38

Washington s'est opposé vainement à la candidature de Kinshasa.

A cette occasion, l'Assemblée générale de l'ONU a pourvu 15 sièges de ce Conseil comptant 47 membres, dont le siège se trouve à Genève, en Suisse. Le groupe de pays africains s'était mis d'accord il y a quelques mois pour proposer, outre la RDC, l'Angola, le Nigeria et le Sénégal afin d'occuper les quatre sièges alloués au continent. Les trois autres candidats africains, en l'occurrence l'Angola, le Sénégal et le Nigeria ont respectivement obtenu 187, 188 et 185 voix. Pour Lambert Mende qui se réjouit que d'autres États non africains aient apporté leur soutien significatif à son pays- les résultats du vote en témoignent -, " la RDC va devoir mettre à contribution son expérience en la matière au service du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU " alors que certains partenaires de la communauté internationale plongés dans le Congo baching souhaitaient lui priver de ce privilège. Ce n'est pas la première fois que la candidature d'un pays crée polémique.

Selon la source, "cette brillante élection traduit l'engagement constant, connu et reconnu au niveau international, du gouvernement du Sénégal en faveur de la promotion et de la protection des droits de l'Homme. Les forces de sécurité gouvernementales sont soupçonnées d'être responsables de la plupart des violences dans la région du Kasaï où près de 90 fosses communes ont été recensées, montrant que la RDC ne mérite pas un siège", s'est indigné, dans un communiqué, Louis Charbonneau, directeur à New York de l'ONG Human Rights Watch. L'élection en 2016 de l'Arabie Saoudite et de la Chine au Conseil, en dépit de preuves de violations des droits de l'Homme, avait également suscité des critiques. Et d'assurer qu'elle devrait impérativement visiter la RDC au lieu de se fier aux journalistes et aux défenseurs des droits de l'Homme pour se faire une réelle conviction sur ce qui est dit autour. Il est triste, a-t-il ajouté, " que les membres de l'ONU n'aient pas été plus sélectifs " dans leur choix. Nous savons très bien que ce sont les pays africains qui ont soutenu la RDC.