Четверг, 21 Июня, 2018

Le groupe beIN "réfute toutes les accusations" de corruption

Reuters Reuters
Mickael LaFromboise | 15 Октября, 2017, 00:45

Nasser Al-Khelaifi et Jérôme Valcke sont soupçonnés de corruption concernant l'attribution des droits TV de plusieurs Coupes du monde. L'enquête est menée pour soupçon de corruption privée, d'escroquerie, de gestion déloyale et de faux dans les titres, indique jeudi le MPC. "Des perquisitions ont eu lieu simultanément et en divers lieux", en France, en Espagne, en Italie et en Grèce, a précisé le MPC. Ces opérations ont été rendues possibles grâce à l'unité de coopération judiciaire de l'Union européenne Eurojust.

Dans un communiqué publié après l'opération, BeIN Media Group a indiqué que ses "équipes présentes sur place ont coopéré avec les autorités jusqu'à lissue de la perquisition" et réfuté les accusations de la justice suisse. "Contrairement à ce qui a été affirmé par beIN Sports, la collaboration des équipes présentes sur place a été minimale, regrette le PNF". De son côté, le français Jérôme Valcke, qui fut l'ex-bras droit de l'ancien président de la FIFA Sepp Blatter jusqu'en 2015, date où ils furent tous deux suspendus, adopte la même ligne de défense et "conteste la totalité des accusations". "Je voudrais tout simplement dire que ce n'est pas vrai". Je n'ai jamais reçu quelque chose en échange d'autre chose", déclare-t-il au sujet des soupçons de corruption, ajoutant: "Je n'ai rien reçu de Nasser, je peux vous l'assurer.

Les temps ne sentent pas très bon pour Nasser Al-Khelaifi. Ce dossier ne correspond pas à la réalité.

Dans le détail, l'ex-dirigeant de la Fifa est soupçonné par la justice suisse "d'avoir accepté des avantages indus en lien avec l'octroi de droits média dans certains pays" de la part d'un homme d'affaires, non nommé, pour les compétitions internationales de 2018, 2022, 2026 et 2030.