Samedi, 20 Octobre, 2018

La situation "encore plus grave" en cas de retrait de l'autonomie

Chronique: Catalogne l’escalade La Catalogne traînera Madrid devant les tribunaux
Manon Joubert | 27 Octobre, 2017, 01:09

Un porte-parole de la région du nord-est de l'Espagne a confirmé que les dirigeants catalans feraient appel devant la Cour constitutionnelle et la Cour suprême pour remettre en cause la décision du premier ministre Mariano Rajoy de congédier le gouvernement catalan et de retirer les pouvoirs du Parlement régional. Le quotidien La Vanguardia croit pour sa part savoir que le scrutin sera convoqué pour le 20 décembre.

Des milliers d'étudiants étaient rassemblés jeudi à la mi-journée à Barcelone pour soutenir la proclamation d'une république indépendante et protester contre la mise sous tutelle de la Catalogne prévue par Madrid.

Le ministre-président de la Catalogne Carles Puigdemont doit annoncer ce jeudi la tenue d'élections anticipées, une information d'abord confirmée par l'agence de presse Catalan News.

"Pour résoudre ce que le gouvernement de l'Etat a qualifié de grave situation extraordinaire, on va créer une situation extraordinaire encore plus grave en arrachant à la Catalogne son autonomie politique", écrit-il en conclusion de ce texte. Il souhaite avant tout éviter une mise sous tutelle de la région qui tient tant à son autonomie.

Dans son argumentaire, le président séparatiste catalan cite abondamment la Constitution espagnole, estimant que l'Etat ne respecte pas le texte ni l'esprit de cet article 155, jamais appliqué en 40 ans de démocratie.

Pour rappel, le gouvernement espagnol menaçait de mettre en oeuvre l'article 155 de la Constitution qui l'autorisait à virer tous les membres du gouvernement catalan et à prendre le contrôle des Mossos (la police catalane) et des médias par exemple.

En vertu de cette loi, les séparatistes menacent de déclarer l'indépendance, après le référendum d'autodétermination qu'ils estiment avoir emporté, avec 90% des voix et 43% de participation.