Lundi, 11 Décembre, 2017

Hommage à Fats Domino — Jazz Culture

Fats Domino à La Nouvelle-Orléans en 2007 Fats Domino à La Nouvelle-Orléans en 2007
Max Fresnel | 26 Octobre, 2017, 00:38

Le bureau du médecin légiste de La Nouvelle-Orléans a confirmé à l'AFP son décès, qui avait été annoncé peu avant par sa fille sur une chaîne de télévision locale. La Nouvelle-Orléans perd l'un de ses emblèmes - seul Louis Armstrong, disparu en 1971, lui disputait la palme de la popularité - et le rock'n'roll perd l'un de ses pionniers.

Il a été l'un des premiers artistes de R&B à connaître le succès auprès du public blanc et son premier titre The Fat Man, coécrit en 1949 avec Dave Bartholomew est considéré comme l'un des premiers rock 'n' roll. "I found my thrill on blueberry hill". Il est souvent décrit comme un musicien de boogie-woogie.

Il y rencontre Robert "Buddy" Hagans, qui l'accompagnera au saxo pendant 25 ans, avec le batteur Victor Leonard et le guitariste Rupert Robertson.

Il a 21 ans lorsque Lee Chud, directeur de la maison de disques Imperial à Hollywood, lui fait signer son premier contrat.

Selon ses données, la mort de Dominos est venu naturellement.

Entré au Rock and Roll Hall of Fame, Fats Domino a vendu plus de 65 millions d'albums.

L'année suivante, il se mérite le Grammy Lifetime Achievement Award pour souligner l'ensemble de sa carrières.

Avec les années, les albums se sont espacés et les tournées se sont réduites. Il a donné un de ses derniers concerts à New York en 2007. Fats et sa femme Rosemary, épousée lorsqu'il avait 19 ans et mère de ses huit enfants, ont alors déménagé de l'autre côté du fleuve Mississippi.