Vendredi, 15 Décembre, 2017

France - Bulgarie : Le onze de départ français, sans olympien

Les Bleus pourraient être qualifiés en cas de victoire en Bulgarie Les Bleus pourraient être qualifiés en cas de victoire en Bulgarie
Mickael LaFromboise | 10 Octobre, 2017, 00:23

Il faut désormais gagner en Bulgarie pour se rassurer. Les Tricolores pourront également aborder la rencontre plus sereinement. Renforcé par l'arrivée d'une nouvelle génération exceptionnelle, le groupe France donne pourtant la désagréable impression de ne pas rendre l'entièreté de son potentiel sur le terrain. Devant, si les présences de Griezmann et de Mbappé dans le onze de départ étaient évidemment attendues, celle d'Alexandre Lacazette, évoquée samedi matin dans les colonnes de L'Équipe, était bien plus étonnante. Entrés en fin de match samedi, les deux joueurs n'ont rien montré. La France est menée à la surprise générale et Deschamps se doit de changer les choses. Olivier Giroud est notamment attendu en attaque, à côté d'Antoine Griezmann.

Hugo Lloris et Didier Deschamps se sont exprimés en conférence de presse, ce lundi, à la vieille du math face à la Biélorussie. En somme, Didier Deschamps n'est pas là pour construire un projet, développer une identité voire bâtir une équipe autour de la nouvelle génération.

Quoi de plus romantique qu'une ballade dans Sofia sous la pluie au mois d'octobre, ses trottoirs défoncés, la nuit qui tombe à 16h30 et ses rues vides complètement dévolues aux taxis cherchant le chaland? A l'instar d'un Mourinho, Deschamps ne se préoccupe pas de ce qu'il laissera comme héritage ou des dégâts collatéraux que ses décisions peuvent engendrer dans l'opinion publique. La manière? Dans l'analyse, il y a un temps pour tout.Samedi, le résultat suffisait bien.

Le refrain est connu et consiste à rabâcher que pour les rencontres à enjeux il n'existe pas de place pour les novices, aussi talentueux soient-ils.

L'équipe de France a l'atout de sa jeunesse, et les inconvénients qu'elle représente.

Mais les chiffres ne font pas tout non plus. Il s'est projeté quelques fois, même s'il n'a pas toujours apporté du danger. Vingt-quatre ans après une défaite mémorable qui les avait privés de la Coupe du monde 1994, les Bleus sont allés s'imposer 1-0 à Sofia pour conserver la tête du groupe A des éliminatoires du Mondial 2018. Car on a suffisamment reproché aux Français leur manque de pragmatisme pour ne pas se réjouir d'une victoire sur la plus petite des marges, acquis face à un adversaire qui restait sur 4 succès d'affilée chez lui. Ça fait plaisir, surtout pour les joueurs, qui ont besoin de cela.