Samedi, 21 Octobre, 2017

Des militants de Greenpeace tirent un feu d'artifice depuis une centrale nucléaire

Nucléaire: feu d'artifice de Greenpeace à la centrale de Cattenom Les militants ont tiré un feu d'artifice à proximité d'une piscine d'entreposage de combustible usé.@ Nicolas Chauveau Greenpeace
Manon Joubert | 13 Octobre, 2017, 00:19

Des militants de Greenpeace ont pénétré sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom (Lorraine), mais ont été "stoppés" par les gendarmes avant la "zone nucléaire", a indiqué EDF sur Twitter jeudi.

"Il faut briser l'omerta sur les risques qui planent sur les centrales nucléaires". Greenpeace demande à EDF d'agir dès maintenant en bunkérisant ses piscines de combustibles nucléaires usés.

Deux jours après la publication d'un rapport, les activistes de Greenpeace souhaitent alerter l'opinion publique sur les failles sécuritaires des centrales nucléaires françaises. "Il en va de la sécurité des populations en France et en Europe", insiste Yannick Rousselet. "Pas d'impact sur la sûreté des installations", a tweeté le compte EDF de la centrale, installée à quelques kilomètres de la frontière du Luxembourg. "Après l'intrusion réussie des membres d'une association non-gouvernementale dans l'enceinte non-nucléaire de la centrale de Cattenom ce matin, la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg se montre très préoccupée par les lacunes flagrantes au niveau de la sécurité des accès de cette centrale", a fait savoir le ministère dans un communiqué.

Pas eu d'impact "sur la sûreté des installations".

Depuis janvier 2015, la question de la sécurisation des installations nucléaires face au terrorisme est l'un des chevaux de bataille de Greenpeace. Une étude réalisée par sept experts du nucléaire et du terrorisme mandatés par Greenpeace pour imaginer les pires scénarios. "L'évolution du risque terroriste en quarante ans change tout".

Le PSPG est une unité de gendarmerie stationnée sur le site.

Des militants de Greenpeace sont brièvement entrés dans la centrale nucléaire de Cattenom en France pour mettre en garde contre la vulnérabilité de ces sites à une éventuelle attaque. "Les gendarmes étaient déployés en renfort au Mont Ventoux, pour le Tour de France..."