Dimanche, 19 Novembre, 2017

Blade Runner 2049 : une bande-annonce finale épique…avec un joli caméo

Blade Runner 2049 au MEGA CGR Tarnos En direct, Harrison Ford oublie le nom de son partenaire à l'écran
Max Fresnel | 04 Octobre, 2017, 00:32

Et que Villeneuve parvient à conserver le mystère autour de la grande question laissée en suspens depuis 1982: Rick Deckard (Harrison Ford) est-il un réplicant? Ridley Scott lui-même n'est pas satisfait du montage final, qui plus est imposé par la production.

On peut donc expliquer une partie de l'échec de Blade Runner à sa promotion trompeuse, et peut-être moins soutenue que l'aurait souhaité Ridley Scott, les studios ayant tendance à tailler dans le budget marketing à l'approche d'ovnis cinématographiques.

Mais Ridley Scott n'est pas encore totalement satisfait.

Lorsque Blade Runner sort le 25 juin 1982 aux Etats-Unis, il est déjà passé à la moulinette hollywoodienne. Tandis qu'Hans Zimmer propose dans sa bande-son des variations délicates sur la partition mythique de Vangelis.

Officiellement, Blade Runner 2049 a bénéficié d'un tournage numérique à l'aide de caméras Arri Alexa XT et surtout d'un master entièrement supervisé en 4K. Il s'agit aussi d'une adaptation du roman "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?" de Philip K. Dick. Pour tous les fans de l'original et les amateurs de très grand spectacle, c'est un must. On arrête de se gratter la tête pour admirer et s'effrayer devant ce monde composé de fractures: sociale, technologique, sentimentale, chromatique, architecturale. De quoi nous laisser profiter de la splendeur visuelle de cet univers rétro-futuriste écologiquement dévasté par la montée des eaux et la pollution.

Il représente aussi, en 2017, quelque chose de semblable à ce qu'était Harrison Ford il y a trente-cinq ans: "l'incarnation contemporaine de l'idéal hollywoodien du mâle cool, du gars dont la dureté s'avère être la coquille protectrice d'une âme tendre". Certes, l'un des meilleurs metteurs en scène actuel n'a pu réaliser un sans faute, mais qui pouvait objectivement s'y attendre? Photo- graphie: Roger Deakins. "Ryan? Ryan, c'est bien ça?", a hésité Harrison Ford en désignant son partenaire, ce qui a déclenché les rires du public.

" À la lumière des événements tragiques de la nuit dernière, Warner Bros". Une fin optimiste, simpliste, qui détonne du reste du métrage et qui n'a d'ailleurs pas été tournée par Ridley Scott. Trop occupé par Thelma et Louise, il aurait aimé avoir plus de temps à consacrer au " Director's Cut ". C'est tellement rare de nos jours... Dans un futur finalement très proche de notre présent, K partage son quotidien avec Joi (Ana de Armas), une divine hologramme connectée à sa domotique. Les nouveaux réplicants, perfectionnés et constamment soumis à des tests pour contrôler leur obéissance, sont chargés de mettre hors circuit les anciens modèles. On le découvre ici faire campagne contre la prohibition des réplicants, en fournissant une preuve éclatante de la totale soumission de sa nouvelle création...