Samedi, 18 Novembre, 2017

Une femme devient présidente de Singapour

Halimah Yacob devient la première femme musulmane présidente de Singapour Singapour : une femme à la tête du pays pour la première fois
Manon Joubert | 14 Septembre, 2017, 00:41

Une musulmane issue de la minorité malaise est devenue ce mercredi, la première femme présidente de Singapour, un événement assombri par des critiques dénonçant son accession sans élection à ce poste largement honorifique dans l'archipel d'Asie du Sud-Est. Elle a également insisté pour que son statut de première femme présidente de Singapour était "non seulement un tokenisme", dans un discours à une foule enthousiaste tout en portant de l'orange, une couleur censée symboliser l'unité.

Halima Yacob, qui était la première femme, en 2013, à diriger le Parlement sous l'étiquette PAP (Parti d'action populaire, au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1965), avait démissionné en août pour se lancer dans la course à la présidentielle. Elle a accédé automatiquement à la fonction suprême après que deux rivaux potentiels eurent été éliminés car ils ne remplissaient pas tous les critères requis, selon les autorités. La séparation d'avec la Malaisie a donné une très forte majorité aux Malais (musulmans à 80 %) en Malaisie mais Singapour avait une forte majorité d'origine chinoise (80 %).

L'annonce de sa nomination a provoqué des critiques et railleries sur les réseaux sociaux."Élue sans élection". Ancienne présidente du Parlement, Halimah Yacob a été automatiquement qualifiée avec son mandat de députée, elle ne faisait pas figure d'outsider. "À partir de maintenant, je vais l'appeler Présidente Privilégiée ", a renchéri un autre utilisateur du site, Joël Kong.

Cette année, pour la première fois, l'élection a en effet été réservée aux candidats malais. Halima Yacob, mère de cinq enfants, devient donc aujourd'hui la première présidente malaise de Singapour. "Bien qu'il n'y ait pas eu d'élection, mon engagement de vous servir reste le même", a déclaré Halimah Yacob.