Samedi, 18 Novembre, 2017

Retour sur l'agression antisémite à Livry-Gargan

A Livry-Gargan une famille agressée à domicile parce que juive Loic Venance
Manon Joubert | 12 Septembre, 2017, 00:40

Après avoir entendu les cris de son épouse, le père a tenté d'agir. Ils s'en sont ensuite pris à la maîtresse de la maison et à son mari jusqu'à ce que la femme ne prévienne les secours. Un épisode "très traumatisant" pour eux.

Une enquête en flagrance a immédiatement été ouverte par le parquet de Bobigny pour les chefs de vol et extorsion en réunion avec violence en raison de la religion des victimes, ainsi que pour le chef de séquestration. Et après, il y a tout un déroulé d'événements qui a duré très très longtemps. "Le deuxième m'a donné des coups de pied donc j'ai encore des traces", indique la victime. " Vous êtes juifs, donc où est l'argent? ".

"On m'a donné un coup sur la tête". Je suis tombé et ils sont restés pendant 5 - 10 minutes à me taper dessus.

M. Pinto continue: "Les trois hommes avaient un tournevis et un couteau à la main dont ils nous menaçaient en permanence".

Les agresseurs auraient déclaré à leurs victimes, des membres connus de la communauté: "Vous êtes juifs, vous avez de l'argent, on prend l'argent aux juifs pour le donner aux pauvres". Et ça, c'était insupportable. Ils se sont enfuis avec leur butin - argent, bijoux et cartes de crédit - laissant leurs victimes ligotées, jusqu'à ce que madame Pinto puisse atteindre un téléphone et alerter un service d'urgence. Les trois agresseurs sont toujours actuellement en fuite.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et les institutions juives de France ont unanimement condamné un acte "lâche" qui "semble directement lié à la religion des victimes".

Dénonçant une "nouvelle agression antisémite", le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) appelle dans Le Parisien les autorités à mettre en place "une vigilance renforcée et à des sanctions exemplaires et dissuasives": "Cet acte odieux est bien la preuve si besoin en est, que les juifs de France sont particulièrement menacés dans la rue et depuis quelque temps au sein même de leur domicile ce qui est encore plus inquiétant". "Nous refusons cette insécurité visant les français juifs sur fond de préjugés antisémites surannées", a de son côté réagi Sacha Ghozlan, le président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), pour qui les agresseurs s'en sont pris, en attaquant Roger Pinto, "à l'un des fervents défenseurs des valeurs juives et des valeurs républicaines".