Mardi, 19 Septembre, 2017

L'escale technique de Maduro à Alger transformée en visite officielle — Algérie

Le président du Venezuela reçoit M. Bensalah L'escale technique du président vénézuélien se transforme en visite officielle en Algérie
Manon Joubert | 12 Septembre, 2017, 00:27

"On ne sait pas encore", a expliqué un responsable à l'AFP.

La présidence n'a pas précisé une rencontre entre Nicolas Maduro et son homologue Abdelaziz Bouteflika, 80 ans, affaibli par les séquelles d'un accident vasculaire cérébral (AVC) survenu en 2013 et dont l'état de santé est source de constantes spéculations en Algérie.

Bien qu'il y réside, travaille et reçoive les dignitaires étrangers, le chef de l'État algérien n'est pas apparu publiquement lundi à la résidence d'État de Zéralda, où se sont déroulés les entretiens entre le président Maduro et de hauts responsables algériens. Étaient notamment présents le premier ministre algérien Ahmed Ouyahia et le ministre algérien de l'Énergie, Mustapha Guitouni, selon l'agence nationale algérienne APS.

Le président vénézuélien était d'abord pressenti à Genève. Selon la presse présidentielle vénézuélienne, l'entretien a notamment porté sur l'accord pétrolier signé fin 2016, dans lequel l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et Etats pétroliers non membres du cartel s'engagent à réduire leurs extractions jusqu'en mars 2018 pour limiter l'offre sur le marché mondial et tenter de redresser les prix du baril.

Comprendre: les effets de la chute des prix du pétrole depuis 2014 sur leurs économies respectives, les revenus de l'or noir fournissant 95% des devises de chacun des pays.

Le programme officiel de sa visite en Algérie ne mentionnait aucune activité, entre un déjeuner prévu avec M. Bensalah et un dîner officiel en soirée en présence du Premier ministre, suscitant des interrogations sur une possible entrevue avec M. Bouteflika.

La baisse des prix du brut a fait fondre d'environ 45% les réserves de change de l'Algérie en trois ans, tandis que le Venezuela s'enfonce dans une crise économique et sociale, aggravée par les récentes sanctions américaines.

En février, la chancelière allemande Angela Merkel avait dû reporter au dernier moment une visite à Alger.

Les nouvelles sanctions de Washington contre Caracas empêchent les banques américaines de négocier de nouvelles obligations émises par le gouvernement vénézuélien ou la compagnie pétrolière publique vénézuélienne. Le chef de la république bolivarienne a également fait une "escale technique" à Alger samedi avant de reprendre son vol vers Astana au Kazakhstan pour participer à un sommet de l'Organisation de la Coopération Islamique.

Le président du Venezuela a ainsi décidé de prolonger son escale pour une visite officielle en Algérie. Son prédécesseur Hugo Chavez avait effectué quatre visites officielles à Alger, en 2000, 2001, 2006 et 2009.