Mardi, 19 Septembre, 2017

Le gouvernement rejette l'offre de cessez-le-feu des rebelles Rohingya — Birmanie

Le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza a pris
la parole lundi devant le Conseil des droits de l’homme Le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza a pris la parole lundi devant le Conseil des droits de l’homme. Image Keystone
Marie-Paule Arceneaux | 11 Septembre, 2017, 01:26

Les rebelles de l'Armée du Salut des Rohingya de l'Arakan (ASRA) avaient décrété samedi une trêve humanitaire unilatérale d'un mois à compter de ce dimanche et ont appelé l'armée à en faire autant.

Reuters content is the intellectual property of Thomson Reuters or its third party content providers.

On ignore quelles peuvent être les conséquences de cette décision, dans la mesure où l'ASRA ne semble guère en mesure de tenir tête à l'armée.

"Notre politique n'est pas de négocier avec les terroristes", dit un porte-parole de la dirigeant Aung San Suu Kyi sur Twitter.

Un exode vers le Bangladesh.

Selon des réfugiés et certains mouvements de défense des droits de l'homme, les forces gouvernementales et des milices bouddhistes cherchent à chasser les musulmans de l'Etat Rakhine. La lauréate du prix Nobel de la paix 1991 est de plus en plus critiquée pour ce qui est perçu comme de la passivité face au sort des Rohingya, qui se disent depuis longtemps persécutés par les bouddhistes. Les attaques menées fin août ont provoqué une campagne de répression de l'armée et l'exode de près 300 000 membres de cette minorité musulmane, qui compte environ un million de personnes.