Dimanche, 19 Novembre, 2017

Irma: Macron partira lundi soir à Saint-Martin

Irma le gouvernement acceptera Irma: Macron partira lundi soir à Saint-Martin
Manon Joubert | 12 Septembre, 2017, 00:23

Alors que les critiques de l'opposition sur la gestion de la crise en amont du passage d'Irma s'amplifiaient dimanche, le ministre de l'Intérieur a estimé que "l'État, depuis le début, a fait face à la situation, a prévenu le pire".

"Je proposerai qu'on fasse une commission d'enquête parlementaire pour savoir si l'on a prépositionné des forces militaires et civiles en nombre suffisant, alors qu'on savait que l'ouragan arrivait", a déclaré le patron de LFI, lors de l'émission Dimanche en politique sur France 3. De nombreux politiques dont Marine Le Pen ou Eric Ciotti sont montés au créneau pour reprocher au gouvernement son manque d'anticipation avant l'arrivée d'Irma et son manque de réactivité après.

"Le président de la République a décidé de partir dans la nuit de lundi à mardi pour Saint-Martin. Il passera la journée sur l'île pour pouvoir s'entretenir avec les habitants (.) et les élus de l'île", a-t-il expliqué depuis l'Elysée, au terme d'une réunion avec le chef de l'Etat.

Depuis Saint-Martin, la ministre des Outre-mer a martelé que l'Etat "a été à la hauteur".

Plusieurs médias français, citant une femme capitaine de gendarmerie de la partie française de Saint-Martin, ont annoncé samedi que 250 détenus s'étaient évadés samedi matin de la prison partiellement détruite de Pointe blanche de Sint Maarten (partie néerlandaise), affirmant que des détenus auraient fracturé l'armurerie de la prison et se seraient emparés d'armes. "(.) Chacun ici a fait tout ce qu'il avait à faire", a martelé Annick Girardin.

"Plus de 1.000 personnes sont immédiatement intervenues sur site", a encore souligné le porte-parole, vantant "un service de sécurité civile en France d'un niveau exceptionnel". Samedi soir, le président Emmanuel Macron avait annoncé le doublement des effectifs militaires et de police pour "renforcer rapidement la sécurité des sinistrés", dans un message publié sur Twitter.