Lundi, 11 Décembre, 2017

Un deuxième cas de chikungunya détecté dans le Var

La surveillance estivale du moustique tigre Aedes albopictus une espèce capable de transmettre des maladies telles que la dengue le chikungunya et le zika est activée dès le 1er mai en France métropolitaine Chikungunya « autochtone » en France
Marie-Paule Arceneaux | 16 Août, 2017, 18:30

Vendredi dernier, on apprenait qu'un cas autochtone de chikungunya avait été découvert dans le Var. Lundi, l'Agence régional de santé (ARS) a annoncé l'identification d'un second, comme le note ici Var Matin sur son site, via un communiqué. La semaine dernière, un premier cas de chikungunya endémique a été relevé en France, explique cet extrait d'une dépêche de " Top Santé ". Le département du Var est en alerte de niveau 3. Ce mardi, c'est un deuxième cas qui a été détecté, dans le même lotissement que la première personne infectée. Bonne nouvelle: "la personne atteinte (qui réside dans le Var mais a travaillé dans le département des Alpes-Maritimes) " est prise en charge par son médecin traitant et son état de santé n'inspire aucune inquiétude " ".

Avec ce deuxième cas, le plan de lutte contre le moustique tigre passe au "niveau 3" dans le Var. C'est la procédure normale lorsque plusieurs cas de chikungunya autochtones sont détectés (au moins deux cas groupés dans le temps et l'espace).

Les conseils de l'ARS pour ne pas attirer le moustique tigre près de chez vous.

L'ARS mène également des actions de surveillance épidémiologique pour identifier l'ensemble des personnes qui pourraient être contaminées et ainsi prévenir la transmission du virus.

Une enquête de voisinage. "Hôpitaux, médecins et laboratoires y ont été associés pour repérer au plus vite des personnes présentant les symptômes caractéristiques: douleurs articulaires, grosse fièvre et éruptions cutanées".