Vendredi, 15 Décembre, 2017

Présidentielle au Kenya : le président Kenyatta en tête, l'opposition rejette les résultats

Élections au Kenya: Communique du Président en Exercice de L'Union Africaine LEAD Les Kenyans se rendent aux urnes pour les élections générales
Manon Joubert | 10 Août, 2017, 00:28

Celle-ci a selon lui été manipulée par piratage informatique, le sortant Uhuru Kenyatta étant crédité d'une confortable avance. "On nous rapporte que plusieurs d'entre eux étaient aussi des voleurs qui profitaient de la situation", a précisé le responsable, qui a requis l'anonymat. M. Odinga est lui aussi le fils d'un champion de l'indépendance kényane.

"Si Raila n'est pas président, nous ne pouvons pas avoir la paix", a déclaré à l'AFP un manifestant avant que la foule ne soit momentanément dispersée par les gaz lacrymogènes.

Les Kényans votent pour une élection présidentielle à l'issue incertaine opposant le chef de l'État Uhuru Kenyatta au leader de l'opposition Raila Odinga dans la crainte de violences électorales.

Le camp de M. Odinga a également reproché à la commission électorale (IEBC) de ne pas lui communiquer les procès-verbaux susceptibles de corroborer les résultats transmis électroniquement et diffusés sur le site Internet de la commission.

Aussitôt les premiers résultats tombés que le candidat Raila Odinga a organisé une Conférence de presse dans laquelle il va dénoncer la fraude dont il dit être victime: "ces résultats sont fictifs, ils sont faux".

Le souvenir est encore vivace du précédent de 2007.

" Uhuru doit rentrer chez lui ", a lancé celui qui en est à sa quatrième tentative pour diriger le pays de 48 millions de personnes.

'Il s'agit d'une fraude d'une gravité monumentale, il n'y a pas eu d'élection', a réagi Raila Odinga. Aussi, dans un communiqué du président Alpha Condé, président en exercice de l'UA, l'institution panafricaine dit suivre avec un intérêt particulier le déroulement de ces élections et appelle le peuple kényan et les acteurs politiques, à la retenue et au sens de la responsabilité dans l'organisation du scrutin.

Tirant déjà les premières conclusions du scrutin, The Standard juge que "le président Uhuru rebondit malgré les revers et les scandales".

L'opposition, qui n'avait pourtant pas ménagé ses critiques à l'encontre de l'IEBC lors de la campagne, s'était même dite dans un premier temps "largement impressionnée" par son travail. Quelque 150 000 agents des forces de sécurité sont déployés dans le pays, près de 10 ans après les violences politico-ethniques de la crise post-électorale de 2007, qui avaient fait plus de 1 000 morts. Ses accusations de fraude avaient cependant été rejetées par la Cour suprême.

Le vote devrait se clôturer à 17 heures (heure locale). Surtout, malgré quelques problèmes localisés, le système d'identification biométrique des électeurs a semble-t-il fonctionné normalement, contrairement à quatre ans plus tôt. Les électeurs kényans devront glisser six bulletins différents pour choisir leur président, ainsi que leurs députés, leurs sénateurs et leurs élus locaux.