Dimanche, 20 Août, 2017

MSF suspend ses opérations de sauvetage en Méditerranée

Médecins sans frontières «jette l'éponge», Defend Europe salue ... Médecins sans frontières suspend en partie ses activités de sauvetage aux migrants en Méditerranée
Marie-Paule Arceneaux | 14 Août, 2017, 01:25

Son accès est interdit aux navires étrangers afin d'en éloigner les ONG, que Tripoli accuse de collusion avec les réseaux de passeurs.

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a suspendu samedi les activités du Prudence, le plus gros des navires de secours aux migrants en Méditerranée, à la suite de l'interdiction lancée par la marine libyenne aux navires étrangers.

Mais dimanche, l'ONG allemande Sea Eye a annoncé à son tour une suspension de ses opérations, une décision prise "le coeur lourd" en raison d'une "menace explicite aux ONG privées".

"La poursuite de nos opérations de secours n'est pas possible dans ces circonstances, et nous ne pouvons pas les justifier auprès de nos équipages", a déclaré le fondateur de Sea Eye, Michael Buschheuer. "Les embarcations de migrants vont être obligées de retourner en Libye et beaucoup d'enfants et d'adolescents vont mourir en mer", remarquait le directeur des opérations de Save the children, Rob MacGillivray. "La décision de MSF rentre aussi dans le cadre d'un réajustement des équilibres: ces eaux ne sont plus à personne, mais sont celles de la Libye", a-t-il lancé.

L'Aquarius patrouille depuis dix jours à 20 milles nautiques au nord de la Libye -une distance à laquelle on peut distinguer les côtes libyennes depuis le bateau-, en se retirant à 30 milles la nuit. En revanche, le Golfo Azzurro de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms se préparait à repartir "dans les prochaines heures" pour la zone des secours après un ravitaillement à Malte. MSF est la seule ONG a ne pas l'avoir encore signé.

Parallèlement, une enquête du parquet de Trapani (Sicile) a mené au début du mois à la saisie du bateau de l'ONG allemande Jugend Rettet, sur des soupçons de liens directs avec des trafiquants. Parti le lendemain de cette annonce pour la zone des secours, le Vos Hestia de Save the Children, s'est pour sa part dérouté vers l'île italienne de Lampedusa, mais l'ONG britannique n'a pas donné d'explication dans l'immédiat.

"Nous avons fait deux choix: celui de soustraire des gains criminels aux trafiquants -parce que moins il y a de personnes qui partent, moins cela rapporte aux trafiquants- et celui de financer les agences de l'Onu -l'UNHCR et l'OIM- pour assurer des normes respectueuses des droits humains dans les camps libyens", a insisté M. Alfano.