Vendredi, 20 Juillet, 2018

Le Pakistan se choisit un nouveau Premier ministre

Shahbaz Sharif favori pour succéder à son frère Pakistan: l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif désigne son frère Shahbaz comme successeur politique
Manon Joubert | 02 Août, 2017, 00:14

Le parti au pouvoir, le PML-N (Pakistan Muslim League-Nawaz) qui bénéficie d'une majorité au Parlement pakistanais, a choisi mardi 1 août, l'ex-ministre du pétrole Shahid Khaqan Abbasi comme premier ministre intérimaire, pour succéder au premier ministre déchu, Nawaz Sharif, impliqué dans des actes de corruption.

Il assurera le poste de premier ministre en intérim jusqu'à ce que le frère cadet du dirigeant sortant, Shahbaz Sharif, puisse se présenter au siège laissé vacant par Nawaz Sharif. Mais celui-ci, qui occupe actuellement le poste de chef du gouvernement provincial du Pendjab, doit encore se faire élire au Parlement fédéral s'il veut devenir à son tour premier ministre. Il succède à Nawaz Sharif.

Shahid Khaqan Abbasi occupait depuis 2013 le poste de ministre du Pétrole et des ressources naturelles dans le gouvernement de Nawaz Sharif. Il a obtenu 221 voix en sa faveur, bien plus que les 172 requises. M. Abbasi avait reçu le soutien de M. Sharif lui-même et de son parti, la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N), majoritaire au Parlement. Lui rendant hommage devant les députés, il a affirmé que "pas un centime" de corruption n'avait été prouvé à son encontre, en dépit de l'arrêt de la Cour suprême qui a brusquement mis fin à son troisième mandat à la tête du pays vendredi.

L'opposition, dont le parti de l'ex-champion de cricket Imran Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), se présentait pour sa part divisée avec quatre candidats différents dont aucun n'avait de véritable chance de l'emporter.

Simple transition en attendant le frère de son prédécesseur?

Ingénieur en électricité, diplômé de l'université George Washington à Washington DC, il a travaillé aux États-Unis et en Arabie Saoudite avant de se tourner en 1988 vers la politique après la mort de son père, également ministre. Il avait aussi été président de la compagnie aérienne publique Pakistan International Airlines (PIA) entre 1997 et 1999, jusqu'à la chute d'un précédent gouvernement de M. Sharif par un coup d'État militaire mené par le général Musharraf.

Nawaz Sharif a réfuté les accusations de malversation qui ont provoqué la décision de la Cour suprême.