Vendredi, 15 Décembre, 2017

La France va enquêter chez tous les fabricants d'ovoproduits — Oeufs contaminés

Scandale des œufs contaminés au Fipronil des analyses effectuées en Allemagne pour quantifier les résidus toxiques Oeufs contaminés au fipronil en Europe : ce que l'on sait
Manon Joubert | 13 Août, 2017, 00:47

Dans l'UE, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne, la France, la Suède, le Royaume-Uni, l'Autriche, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et le Danemark sont concernés, a précisé un porte-parole de l'exécutif européen lors d'un point presse, ajoutant que la Commission réunirait ces pays lors d'une réunion destinée à " tirer les leçons " de la crise le 26 septembre.

Tous les œufs néerlandais ont été retirés de la vente en Allemagne et en Suisse. Cette crise a entraîné des pertes qui se sont élevées à "plusieurs centaines d'euros", selon le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles. Le gouvernement avait pourtant affirmé que le pays n'était pas concerné. La concentration maximale de fipronil observée dans ces échantillons s'élève à 0,175 mg/kg de muscle. Ou encore de vérifier que chaque produit fini a été créé à partir de ces œufs-là ou non, nous a-t-on expliqué. Il n'importe également pas d'autres produits incorporant les œufs.

Cependant, l'Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a assuré que les concentrations restaient très en dessous des seuils prévus par la réglementation européenne qui sont basés sur la consommation de deux œufs par jour.

Aux Pays-Bas, 160 exploitations sont à l'arrêt et 300 000 poules pondeuses ont été abattues. Une situation qui met en colère le ministre wallon de l'Agriculture. Au début du mois d'août, les autorités nationales ont commencé à communiquer auprès du public.

Y a-t-il un danger pour la santé? Le distributeur a procédé au retrait des œufs encore en rayon. Une première opération menée en juillet avait permis de saisir 6.000 litres de produits interdits, apparemment du Fipronil, dans une firme Anversoise, l'entreprise à l'origine du scandale en Belgique. Le ministère a lui précisé que des "enquêtes de traçabilité" étaient en cours pour "identifier la destination des produits déjà expédiés et susceptibles d'être contaminés".

Pour le secteur avicole aux Pays-Bas il s'agit bien d'une catastrophe.

Le ministre a en effet présenté un premier avis de l'Agence de sécurité de l'alimentation, l'Anses, qui indique que " le risque pour la santé humaine est très faible au vu des niveaux de fipronil qui sont constatés dans les oeufs contaminés, mais aussi au vu des habitudes françaises de consommation alimentaire ".

Le Fipronil est considéré comme "modérément toxique" pour l'homme, quand il est consommé en grande quantité, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

De fait, c'est une société néerlandaise spécialisée dans la désinfection des élevages, ChickFriend, qui aurait utilisé frauduleusement du fipronil dans un insecticide commercialisé sous le nom de DEGA 16.