Vendredi, 15 Décembre, 2017

4 mois avec sursis pour avoir aidé des migrants

Cédric Herrou lors de son premier procès le 10 février 2017 ZOOM Cédric Herrou lors de son premier procès le 10 février 2017. Valery Hache AFP
Manon Joubert | 09 Août, 2017, 00:23

Le 19 juin dernier, le désormais célèbre agriculteur de la vallée de la Roya, Cédric Herrou, qui est un membre emblématique de l'association Roya Citoyenne a donc comparu devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence pour aide l'entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière. Lors du procès en appel, le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis. Il avait aussi facilité le squat d'un immeuble désaffecté de la SNCF qui abritait une cinquantaine d'Erythréens. Mais la cour d'appel l'a reconnu coupable de ces faits et l'a condamné à 1.000 euros de dommages et intérêts.

Cédric Herrou a été jugé pour avoir transporté et hébergé des migrants clandestins qui transitaient par la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), près de la frontière italienne.

L'avocat général a reproché à Cédric Herrou un détournement de la loi de décembre 2012 accordant l'immunité pénale à ceux qui apportent une aide humanitaire et désintéressée aux migrants. "Ils n'ont qu'à me mettre directement en prison, ce sera plus simple", a-t-il poursuivi. "C'est une politique d'extrême droite", a encore lancé M. Herrou.

Et d'ajouter: "Je dirai à toutes les familles que j'ai aidées que je ne regrette rien, que je l'ai fait avec plaisir". Il a installé des tentes et des caravanes sur sa propriété située près de la frontière italienne.

Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations, l'immense majorité des migrants arrivant en Europe par la mer débarquent en Italie: plus de 95.000 sur les quelque 115.000 migrants arrivés entre le 1er janvier et le 2 août, soit 83%.