Lundi, 20 Novembre, 2017

Venezuela : vote massif mais symbolique contre le président Maduro

Venezuela: l'opposition mobilise plus de sept millions d'électeurs lors d'une consultation anti-Maduro MANAURE QUINTERO DPA AFP
Manon Joubert | 18 Juillet, 2017, 00:28

L'opposition vénézuélienne organise dimanche une consultation populaire symbolique contre le Président Nicolas Maduro et son projet de refonder la Constitution.

Une dame de 61 ans a été tuée et quatre autres personnes ont été blessées par balle lorsque des partisans du régime ont fait irruption dans un bureau de vote de la capitale, Caracas.

Le projet est fermement rejeté par les antichavistes qui y voient un moyen pour le gouvernement de rester au pouvoir, en contournant l'Assemblée nationale où l'opposition est majoritaire depuis 2016.

Si certains Vénézuéliens n'ont pas caché leur déception face aux résultats de dimanche, les dirigeants de l'opposition ont tenu à souligner que seuls 2000 bureaux de vote avaient pu être installés en raison de la nature symbolique du scrutin.

Cette consultation se produit alors que l'impopularité de Nicolas Maduro atteint un niveau record, alimentée par le marasme économique et par trois mois de manifestations durement réprimées qui ont fait au total près d'une centaine de morts.

A une large majorité (98%), les Vénézuéliens ont répondu par l'affirmative aux trois questions qui leur étaient posées, à savoir s'ils rejetaient l'Assemblée constituante, s'ils exigeaient des forces Armées qu'elles respectent la constitution actuelle et s'ils soutenaient un renouvellement des pouvoirs publics à travers de nouvelles élections pour un gouvernement d'unité nationale.

Le gouvernement a, lui, invité les citoyens à venir tester les machines de vote qui seront mises en place à la fin du mois pour élire les membres de la Constituante.

En face, le gouvernement devra éviter une faible participation le 30 juillet car la Constituante aurait alors une "légitimité" amoindrie. Le pays compte 30 millions d'habitants.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exprimé vendredi sa préoccupation. Objectif: ne pas laisser le champ libre à l'opposition. M. Fox est accompagné des anciens présidents colombien Andres Pastrana, costariciens Laura Chinchilla et Miguel Angel Rodriguez et bolivien Jorge Quiroga.

Au même moment, le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) avait publié des chiffres de demandes d'asile déposées par des Vénézuéliens: 52 000 demandes depuis janvier, soit plus du double de celles recensées l'an dernier.

Ces dernières semaines, le camp gouvernemental a laissé entrevoir des fêlures, avec les prises de position critiques de la procureure générale Luisa Ortega, une chaviste entrée en dissidence et menacée d'un procès qui pourrait conduire à sa destitution.

La crise politique survient sur fond de chute depuis 2014 des cours du pétrole qui frappe de plein fouet l'économie, dont 95% des devises proviennent de l'exportation de l'or noir.