Jeudi, 20 Juillet, 2017

Soupçons d'ingérence : le fils aîné Trump a rencontré une proche du Kremlin

Le fils de Donald Trump a rencontré une avocate russe qui lui promettait des informations compromettantes sur Clinton Un fils Trump admet avoir rencontré une avocate russe lui promettant des infos sur Clinton
Manon Joubert | 11 Juillet, 2017, 00:45

Mais face aux informations obtenues par le New York Times, Donald Trump Jr. a reconnu que l'avocate avait prétendu détenir des données sur les démocrates, pour affirmer qu'elle n'en avait finalement pas révélé.

Une explication fragilisée dès le lendemain par la publication d'un deuxième article du New York Times dévoilant la vraie motivation de Trump Jr: obtenir des informations susceptibles de nuire à la candidate démocrate Hillary Clinton. Deux autres proches du président, Paul Manafort, son ex-directeur de campagne et son beau-fils, Jared Kushner, ont également assisté à cette réunion secrète.

Si des contacts avaient déjà été confirmés entre des conseillers de Donald Trump et la Russie pendant la campagne, c'est la première fois qu'une rencontre est révélée entre un émissaire de Moscou et des proches du candidat républicain, dans l'enceinte même de la Trump Tower.

Le journal précise qu'on ignore pour l'instant si l'avocate russe a effectivement produit des informations compromettantes sur Hillary Clinton, l'adversaire de Trump dans la présidentielle.

Mais il a déclaré qu'une personne, qu'il avait connue lors du concours de Miss Univers 2013, l'avait approché pour lui demander de rencontrer un individu qui pourrait avoir des informations utiles à la campagne de son père. "Ses déclarations étaient vagues, ambigües et ne faisaient aucun sens".

Dans un nouveau communiqué diffusé dans la foulée ce dimanche, Donald Trump Jr explique que l'avocate russe prétendait avoir "des informations utiles à la campagne". En juillet 2016, il avait aussi dénoncé les "mensonges" de l'entourage de Hillary Clinton lorsque celui-ci suggérait que la Russie tentait d'aider Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche. Aucun détail ni information convaincante n'ont été fournis ni proposés. "Il est vite devenu clair qu'elle n'avait aucune information significative". Dimanche matin, Donald Trump a affirmé sur Twitter qu'il était "temps d'aller de l'avant et de travailler de manière constructive avec la Russie".

Même si le fils aîné, qui gère désormais les affaires de la Trump organization, n'est pas un membre de l'administration, ses fonctions lors de la campagne ainsi que la présence lors de cette réunion de deux poids lourds, MM.

"Le rendez-vous renvoie à la question centrale de l'enquête fédérale sur l'ingérence du Kremlin dans l'élection présidentielle", écrit le New York Times.