Jeudi, 20 Juillet, 2017

Places d'hébergement, délais de procédure... Le plan migrants du gouvernement dévoilé

Edouard Philippe annonce la création de 7 500 places d'hébergement en 2018-2019 pour les demandeurs d'asilePlus Edouard Philippe annonce la création de 7 500 places d'hébergement en 2018-2019 pour les demandeurs d'asilePlus
Manon Joubert | 13 Juillet, 2017, 01:02

Soit une augmentation de 10% des capacités d'hébergement, estimées à 80.000 places. "Nous ne sommes pas à la hauteur de ce que doit être la France", a reconnu le Premier ministre qui avait promis sur Twitter un projet "ambitieux " pour "redonner son sens à notre tradition d'asile".

"4.000 places seront créées en 2018" pour les demandeurs d'asile, "3.500 en 2019" et "5.000 places" seront créées sur la même période pour aider les réfugiés à accéder au logement, a indiqué ce mercredi Edouard Philippe.

Le plan prévoit aussi la création 7 500 places d'hébergement supplémentaires en deux ans pour atteindre 90 000 disponibilités.

Le premier ministre annonce par ailleurs la nomination d'un délégué interministériel à l'intégration des réfugiés, ce qui va évidemment tout changer.

Le Premier ministre a confirmé la volonté du gouvernement de raccourcir les délais de procédure de demande d'asile avec une réduction de sept à quatre semaines entre l'enregistrement de la demande et le premier entretien effectué par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).

Mercredi, le gouvernement dévoilera son "plan migrants". Paris souhaite par conséquent se montrer plus ferme vis-à-vis des migrants qui verront leur demande d'asile refusée.

L'accélération vaudra aussi pour les migrants déboutés de leur demande d'asile: ils feront "systématiquement l'objet d'une mesure d'éloignement" dès le rejet de leur demande, a déclaré le Premier ministre.

" En 2016, sur 91 000 étrangers interpellés en situation irrégulière sur le territoire, seuls 31 000 se sont vus délivrer une obligation de quitter le territoire français et moins de 25 000 ont effectivement quitté le territoire, ces chiffres ne sont pas satisfaisants", a ajouté Édouard Philippe. En ce qui concerne les migrants ayant laissé leurs empreintes dans un autre pays européen potentiellement compétent pour traiter leur demande d'asile, Édouard Philippe a annoncé la création de dix pôles en préfecture.