Lundi, 25 Septembre, 2017

L'opposition va manifester malgré l'interdiction — Venezuela

Venezuela. Le chancelier Moncada dénonce les actions de la CIA contre le Venezuela Au Venezuela, une semaine décisive dans la crise
Manon Joubert | 29 Juillet, 2017, 00:37

Certaines écoles dans lesquelles seront installées les urnes du scrutin étaient déjà gardées par l'armée.

Après les 48 heures de grève qui doivent s'interrompre jeudi soir, l'opposition a convoqué une grande marche à Caracas, vendredi, et boycottera, dimanche, l'élection des 545 membres de la Constituante.

Le gouvernement assure que la future Assemblée sera un "super pouvoir" qui aura la capacité de dissoudre le Parlement, qu'elle apportera la paix et permettra au pays de se redresser économiquement.

L'opposition, qui a refusé de participer à ce processus, crie au scandale.

A deux jours de l'élection d'une nouvelle Assemblée qui aura pour mission de réécrire la Constitution, le Venezuela est plus divisé que jamais. Son inflation, stimulée par les pénuries d'aliments et de médicaments, est devenue totalement incontrôlable, à 720% cette année selon le FMI. La Table de l'unité démocratique (MUD), la coalition de l'opposition accusée par Caracas d'être instrumentalisée depuis les Etats-Unis, organise depuis près de quatre mois des manifestations quotidiennes contre Maduro, dont elle réclame le départ. Ce décès porte le nombre de morts à 8 pendant la grève générale, et à 113 depuis le début des manifestations au Venezuela en avril, selon le parquet.

De nombreuses émeutes ont ponctué ces 48 heures de grève générale appelée par l'opposition et les syndicats qui tentent d'empêcher le projet de président Nicolas Maduro de faire élire dimanche une Assemblée constituante qui aura le mandat de réécrire la constitution pour tenter de sortir le pays de la crise politique qui le paralyse alors que l'économie s'effondre depuis la chute des cours du pétrole. Dans un des pays les plus violent au monde, ce climat explosif fait craindre de nouveaux incidents d'ici dimanche.

Nous invitons le pays à se préparer à prendre les routes principales, les avenues, les rues et nous y maintenir jusqu'à stopper cette fraude constitutionnelle.

Jeudi, le ministre de l'Intérieur, le général Nestor Reverol, a prévenu que les contrevenants risquaient de cinq à dix ans de prison. Le département d'Etat redoute une "situation politique et sécuritaire imprévisible" et a fait également état de l'arrestation, de la détention de ressortissants américains.

Le président a par ailleurs rejeté l'"insolente" sanction des Etats-Unis, qui ont annoncé le gel sur le territoire américain des avoirs de 13 actuels et anciens hauts responsables gouvernementaux vénézuéliens. Il a lancé jeudi un appel au dialogue avec l'opposition, malgré les échecs répétés des dernières tentatives de discussion.

'L'opposition a intérêt à accepter cette proposition', a prévenu le président socialiste devant des milliers de sympathisants réunis dans le centre de Caracas.