Lundi, 20 Novembre, 2017

La Corée du Nord a tiré un nouveau missile

Kim Jong Un leader suprême nord-coréen Kim Jong Un leader suprême nord-coréen | KCNA Reuters
Manon Joubert | 29 Juillet, 2017, 00:19

Les Etats-Unis ont détecté un tir de missile balistique en Corée du Nord, a indiqué vendredi le porte-parole du Pentagone.

La Corée du Nord a tiré un missile, a annoncé vendredi 28 juillet le Premier ministre japonais, Shinzo Abe.

Ce lancement survient un mois à peine après le premier test réussi par Pyongyang d'un missile balistique intercontinental susceptible d'atteindre le nord-ouest du continent américain.

Photographie prise le 4 juillet 2017 par l'agence officielle nord-coréenne KCNA, montrant un tir de missile balistique intercontinental par la Corée du Nord. Il a volé pendant 45 minutes environ, a déclaré le secrétaire général du gouvernement nippon, Yoshihide Suga. Il a par ailleurs annoncé une réunion de son conseil de sécurité nationale.

A la suite du tir de missile, le Pentagone a fait savoir que les chefs militaires américains et sud-coréens avaient discuté d'"options de réaction militaire".

Le média sud-coréen a indiqué que l'information concernant le lancement du missile a été immédiatement transmise au président sud-coréen, Moon Jae-in, qui a convoqué d'urgence un conseil de sécurité tôt samedi matin.

"Le général Joe Dunford, chef d'état-major inter-armées, et l'amiral Harry Harris, chef du commandement Pacifique de la marine américaine, se sont entretenus avec le chef d'état-major inter-armées sud-coréen, le général Lee Sun Jin".

M. Abe a déclaré que la communauté internationale devait accroître la pression sur Pyongyang pour que cessent de tels essais balistiques.

"Au cours de la conversation téléphonique, Dunford et Harris ont exprimé l'inébranlable engagement en faveur de l'alliance entre les Etats-Unis et la République de Corée". Les trois responsables militaires ont aussi "discuter d'options de riposte militaire", précise-t-on du côté de Washington, sans en dire plus.

L'Union européenne a condamné le nouveau tir de missile, estimant qu'il "menaçait sérieusement la paix et la sécurité internationales".