Lundi, 25 Septembre, 2017

Abou Bakr Al-Baghdadi, l'émir "fantôme" de Daech, serait mort selon l'OSDH

Daech/ Le voile se lève sur la mort d'Al Baghdadi Les informations sur la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi refont surface
Manon Joubert | 12 Juillet, 2017, 00:20

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a déclaré à l'AFP que de "hauts responsables de l'EI présents dans la province (syrienne) de Deir Ezzor ont confirmé à l'OSDH la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi, émir de l'EI".

Ce dernier avait fait sa seule apparition publique connue en juillet 2014, à la mosquées Al-Nouri de Mossoul.

Selon des sources syriennes, il aurait quitté la ville en début d'année, probablement pour la frontière irako-syrienne.

Enfin, le colonel John Thomas, un porte-parole du commandement central américain, a affirmé que "ce n'(était) pas (leur) rapport (donnant pour mort al-Baghdadi NDLR)", rapporte The Daily Beast.

Homme de confiance d'Abou Omar al-Baghdadi, un des successeurs de Zarqaoui, il prendra la relève à sa mort en 2010. Il aurait fait son service militaire au sein de l'armée irakienne. L'Irak vient d'annoncer la reprise de Mossoul à l'EI qui l'avait conquise en juin 2014.

Objectif: faire de l'islam, une "religion de guerre" contre l'occident, et plus généralement contre tous les mécréants, même musulmans. "L'islam n'a jamais été la religion de la paix", martelait-il. Mais, selon l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'homme), le chef de l'État islamique serait mort.

Quelques jours plus tard, c'était au tour de Téhéran d'affirmer que la mort du "calife" autoproclamé de Daech, ne faisait aucun doute.

Si elle était confirmée, la mort du leader de l'EI porterait un nouveau coup dur au groupe extrémiste sunnite. Celui-ci recule un peu partout en Syrie et en Irak et vient de perdre la grande ville de Mossoul.