Mercredi, 15 Août, 2018

Premier Conseil des ministres pour le deuxième gouvernement de l'ère Macron

Emmanuel Macron met son premier ministre sous surveillance Une équipe étoffée sous la pression des affaires
Manon Joubert | 26 Juin, 2017, 01:30

En termes d'équilibre politique, si les trois ministres du gouvernement sortant issus du MoDem l'ont quitté, deux nouvelles venues, Geneviève Darrieussecq et Jacqueline Gourault, représenteront cette sensibilité. "Les Français ont voulu aussi insister sur des expressions de colère, de refus", a expliqué Emmanuel Macron en déplorant une abstention "trop importante".

Le chef de l'État a présidé mercredi le premier Conseil des ministres de l'après-remaniement.

Et sur la table: le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, censé "concilier efficacité avec le respect des libertés publiques essentielles".

Issue du parti centriste Modem allié du président Emmanuel Macron, actuellement visé par une enquête sur des emplois présumés fictifs au Parlement européen, Mme Goulard avait préféré renoncer à son poste pour "démontrer librement (sa) bonne foi".

A son retour, il animera vendredi et samedi un séminaire de travail gouvernemental.

Seuls quatre d'entre eux étant autorisés à prendre des images de la photo de famille du nouveau gouvernement, ils ont déposé leurs appareils au sol en signe de protestation contre cette entorse aux usages à l'arrivée des ministres.

La photo tranche avec l'ancienne photo qui avait été réalisée dans l'escalier de l'Élysée. Dans ces nouvelles têtes, on retrouve Nicole Belloubet qui aura la lourde tâche de porter le flambeau du tumulteux François Bayrou au ministère de la justice, Florence Parly remplace elle Sylvie Goullard au ministère des armées, Nathalie Loiseau prend place au ministère des affaires européennes pour faire oublier Marielle De Sarnez, Stéphane Travert s'installe au ministère de l'agriculture pour remplacer Jacques Mézard qui s'en va au ministère de la cohésion des territoires laissé par Richard Ferrand.

Les ministres délégués, les ministres de plein exercice, et les secrétaires d'état sont également mélangés sans aucune logique hiérarchique. "Ils ont vocation à être les adjoints des ministres auprès desquels ils sont nommés", précise-t-on à l'Elysée.

Enfin, Emmanuel Macron s'est entouré de plus de soutiens. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.