Samedi, 20 Janvier, 2018

Londres ne forcera aucun citoyen européen à partir

Grande-Bretagne May arrondit les angles sur le Brexit
POOL  AFP
 Kirsty Wigglesworth Grande-Bretagne May arrondit les angles sur le Brexit POOL AFP Kirsty Wigglesworth
Manon Joubert | 23 Juin, 2017, 01:14

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, et le ministre britannique David Davis ont démarré les négociations historiques sur le Brexit lundi à Bruxelles, un an après le référendum. Le pro-Européen Emmanuel Macron, précisant travailler "la main dans la main avec l'Allemagne", a répété qu'il souhaitait en particulier voir ce sommet, jeudi et vendredi, consacrer la création d'un fonds européen de défense.

"Certains amis britanniques m'ont demandé si le Brexit est réversible et si le Royaume-Uni restera dans l'Union". C'est du moins ce qu'a assuré Theresa May lors d'un sommet européen à Bruxelles, selon une source gouvernementale britannique.

"Pour moi, façonner l'avenir à 27 membres est prioritaire par rapport à la question des négociations avec la Grande-Bretagne sur sa sortie (.) Nous voulons conduire ces négociations dans un bon esprit mais nous devons nous concentrer avant tout sur l'avenir des 27", a plaidé Mme Merkel.

Les 27 ont préféré tout au long de la journée vanter un nouvel espoir dans leur avenir commun, après la série noire de crises qui ont ébranlé l'UE.

La chancelière a dit "se réjouir de la coopération" avec le nouveau président français Emmanuel Macron, qui participe pour la première fois à un sommet de l'UE. Ce conseil (européen) va permettre de parler de l'avenir de notre Europe et porter le projet d'une Europe qui protège', a expliqué M. Macron.

Il a notamment indiqué qu'il préparait "une nouvelle feuille de route" avec l'Allemagne "sur les changements indispensables de l'UE et de la zone euro", qui comprendra "des conclusions concrètes".

Le Premier ministre luxembourgeois et son homologue britannique, ce jeudi.

Une discussion aura lieu à 27 sur la relocalisation de deux agences européennes basés à Londres (l'Autorité bancaire et l'Agence des médicaments), qui vont devoir quitter le territoire britannique.

"Nous appelons les entreprises de médias sociaux à faire tout ce qui est nécessaire pour empêcher la diffusion de contenu terroriste sur internet", a déclaré M. Tusk, alors que l'Europe est confrontée à une vague d'attaques jihadistes. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.