Mardi, 14 Août, 2018

Le roi Salmane d'Arabie saoudite nomme son fils Mohammed nouveau prince héritier

Mohammed ben Salmane nouveau prince héritier d'Arabie saoudite avec le président américain Donald Trump, le 14 mars 2017 à Washington Mohammed ben Salmane nouveau prince héritier d'Arabie saoudite avec le président américain Donald Trump, le 14 mars 2017 à Washington
Manon Joubert | 22 Juin, 2017, 06:10

L'Arabie saoudite a désormais un nouveau prince héritier après le limogeage de Mohammed ben Nayef de ses fonctions de vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, selon la décision du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud. Alors qu'il n'était que vice-prince héritier, Mohammed ben Salmane détenait des pouvoirs exceptionnels pour un homme ayant la trentaine. Que vaut au très jeune Mohammed ben Salmane de se retrouver propulser à la tête du pouvoir, lui que son père avait déjà nommé à des postes clés ces deux dernières années?

Jusqu'à l'accession au trône de son père Salmane ben Abdelaziz Al Saoud en janvier 2015, le prince Mohammed n'était guère connu en dehors du Royaume.

Coup de tonnerre en Arabie saoudite.

L'expert a fait remarquer que pendant tout ce temps, le roi a délégué une partie de ses pouvoirs à son fils et non au prince héritier.

Sa nomination comme héritier du trône a été cautionnée par 31 des 34 membres du "Conseil d'allégeance", selon la télévision d'Etat El-Ikhbariya.

La région traverse une crise profonde depuis la rupture, le 5 juin, par l'Arabie saoudite et plusieurs de ses alliés, des liens avec le Qatar accusé de soutenir le terrorisme et de se rapprocher de l'Iran chiite, rival régional du royaume saoudien. Il est notamment à l'origine d'un vaste plan de réformes, Vision 2030, destiné à rompre la dépendance du pays au pétrole et à desserrer l'emprise des religieux sur la société.

Le souverain a nommé par décret le prince Abdel Aziz ben Saoud Ben Nayef ben Abdel Aziz Al-Saoud, ministre de l'Intérieur. Il avait été nommé à ce rôle en 2015, dans ce que beaucoup à l'époque avaient appelé un changement de pouvoir surprise, en remplaçant le demi-frère du Roi, le Prince Muqrin, en tant que futur dirigeant et reléguant Mohammed bin Salman à la deuxième place dans la ligne de succession.