Vendredi, 15 Décembre, 2017

Le mouvement de Macron obtiendrait la majorité absolue — Législatives en France

Législatives: 19,24% de participation à 12h en baisse La France vote pour élire ses députés
Jean-Pascal Bellegarde | 14 Juin, 2017, 04:44

Le vent favorable à Macron a soufflé au-delà des frontières de la France, puisque les Français qui ont voté à l'étranger ont largement appuyé le mouvement politique du chef d'État, La République en marche, qui n'existait pas il y a encore un an. Le ministre de la Cohésion du territoire Richard Ferrand arrive en tête dans le Finistère avec 34% des voix malgré l'enquête judiciaire dont il est l'objet. Pour Emmanuel Macron, être le Président de tous les Français ne sera pas chose aisée et le risque qu'une partie des électeurs et des corps sociaux entrent dans une logique d'opposition violente reste bien réel.

Dans trois cas, des "Marcheurs" affronteront des candidats du Front national (FN).

Dans le Doubs se déroulera un duel REM/socialiste.

De fait, nombre de triangulaires seront impossibles puisqu'"il faut un nombre suffisant de suffrages au moins égal à 12,5% du nombre d'inscrits dans la circonscription pour accéder au second tour", rappelle le quotidien.

Quant au Front national, il obtiendrait seulement 1 à 10 sièges, contre 2 lors de la précédente législature. Toutefois le parti macroniste est en passe d'obtenir une des plus larges majorités de la Ve République, sans effacer le record de l'UDF-RPR en 1993 (484 sièges).

"Chancelière #Merkel: Mes félicitations sincères à @EmmanuelMacron pour le grand succès de son parti au 1er tour. Un vote pour des réformes", a tweeté le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert.

"Malgré l'abstention, le message des Français est sans ambiguïté", a déclaré depuis Matignon le Premier ministre, Édouard Philippe, symbole de la recomposition du paysage politique en cours.

Après seulement un an d'existence, la REM a réussi à dynamiter les partis traditionnels de gauche et de droite.

Selon des résultats encore provisoires au moment où nous mettions en ligne, les candidats de la coalition menée par (LREM), qui s'est allié pour la circonstance aux centristes du Modem de François Bayrou, obtiendraient jusqu'à 32,90% des voix, ce qui pourrait se traduire la semaine prochaine par 400 à 440 sièges à l'Assemblée nationale sur les 577 qui seront définitivement élus au terme du processus en deux tours. Le taux d'abstention, de 51,29%, est le plus élevé depuis 1958, lors des premières législatives de la Ve République.

La droite, qui espérait en début de campagne priver le président Macron de majorité, terminerait avec 80 à 132 élus. "Un recul sans précédent", a reconnu son chef Jean-Christophe Cambadélis, éliminé dimanche, tout comme le candidat malheureux du PS à la présidentielle Benoît Hamon.

Pour ce parti anti-immigration et europhobe, c'est "une déception", a reconnu son vice-président Florian Philippot.

La gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise), obtiendrait, elle, 10 à 23 fauteuils, communistes inclus. Jamais les Français n'avaient aussi massivement boudé les urnes pour des élections législatives.

La République en marche (LREM), alliée au MoDem (le parti de François Bayrou) est arrivée en tête au premier tour des élections législatives avec 32,9% des scrutins, selon Kantar Sofres-One Point. Le président pro-européen bénéficie d'une véritable "Macronmania".

Avec Emmanuel Macron, tout est possible, y compris une déferlante à marée basse!

"Macron en marche vers une majorité écrasante" (Le Figaro), "Macron plie le match" (L'Opinion), "L'OPA" (Libération). La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon arrive en quatrième position du premier tour des législatives en récoltant 11% des voix, mieux que ses anciens camarades du PS qui n'a récolté que 7,4% des voix.

Fort de cette probable solide majorité à l'Assemblée, Emmanuel Macron aura les mains libres pour appliquer son programme.