Samedi, 20 Janvier, 2018

Législatives : un "remaniement technique" prévu après la démission du gouvernement ce lundi

Capture d'écran Capture d'écran
Manon Joubert | 22 Juin, 2017, 06:02

"Le Premier ministre sera amené dans les heures qui viennent à amener sa démission, comme d'usage", "dans la journée je pense", a déclaré M. Castaner sur RTL.

"Conformément à la tradition républicaine au lendemain d'élections législatives, M. Edouard Philippe, Premier ministre, a remis ce jour la démission du Gouvernement au Président de la République, qui l'a acceptée".

"Sur la situation de cette année, 2017, le budget qui avait été adopté par la précédente mandature tablait sur un déficit de 2,8% du PIB, c'est-à-dire en dessous des 3%", comme la France s'y est engagée auprès de ses pairs européens, a dit le chef du gouvernement sur BFM TV RMC.

De son côté, l'entourage de Richard Ferrand, interrogé par l'AFP, a "confirmé" qu'il avait "accepté" d'abandonner son portefeuille ministériel.

Des augmentations d'impôt? "Je ne pense pas que ça soit l'idée générale", a indiqué M. Philippe, en refusant de donner des pistes sur ce qu'envisage l'exécutif.

S'exprimant sur l'éventuel successeur de Claude Bartolone (PS) au perchoir de l'Assemblée, le porte-parole du gouvernement a estimé "qu'il y [avait] suffisamment de forces vives dans la République en Marche pour qu'on puisse s'appuyer sur une femme ou un homme qui viendra de notre majorité, qui [devrait] aussi animer au-delà de la majorité l'ensemble des groupes parlementaires de l'Assemblée", a-t-il dit. Il devra faire face aux ténors des partis d'opposition comme Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Au contraire, selon un proche du Président de la République, Emmanuel Macron trouve que Edouard Philippe "fait le job".

Richard Ferrand vient d'être réélu dans la 6e circonscription du Finistère, avec 56,5% des voix au second tour face à une candidate LR.