Vendredi, 15 Décembre, 2017

Jacqueline et Marcel Jacob inculpés — Affaire Grégory

Des gendarmes devant le tribunal de Dijon le 16 juin 2017 Des gendarmes devant le tribunal de Dijon le 16 juin 2017
Jean-Pascal Bellegarde | 18 Juin, 2017, 00:56

Mais il n'avait encore jamais été inquiété par la justice.

Une nouvelle analyse des écritures a désigné Jacqueline Jacob comme l'auteur d'une lettre de menace envoyée en 1983 aux parents de Grégory. La grand-tante de l'enfant, âgée de 85 ans, est poursuivie pour "enlèvement et séquestration suivie de mort", 32 ans après les faits.

Le couple avait été interpellé mercredi et placé en garde à vue.

Le couple ne présente pas en l'état d'alibi qui soit "confirmé ou étayé". Même informés de leur mise en examen pour "séquestration et enlèvement suivi de la mort de Grégory Vuillemin", Marcel et Jacqueline se sont contentés de nier les faits. Elle a cependant "avancé significativement", d'après lui. Le parquet avait requis sa mise en examen pour "séquestration suivie de mort". Jacqueline Jacob "est exténuée, fatiguée, épuisée", a-t-il relevé.

Le procureur de la république a tenu ce vendredi une conférence de presse.

En juillet 1985, le juge Jean-Michel Lambert opérait un spectaculaire revirement, portant ses soupçons vers la mère de Grégory, Christine Villemin, qui sera innocentée en 1993 au terme d'un non-lieu retentissant. "C'est criminel de relancer cette affaire sur ce genre d'éléments".

Jacqueline Turiot et Marcel Jacob, grande-tante et grand-oncle du petit Grégory.

"On n'a aucun élément matériel, rien" à leur encontre, "on a mis la charrue avant les bœufs", a réagi Me Stéphane Giuranna devant les médias, après la conférence de presse du procureur général de Dijon.

17h08. Murielle Bolle va-t-elle être entendue? "Elles ne concernent pas que le corbeau", affirme Jean-Jacques Bosc.

En 1984, Murielle Bolle, la jeune belle-soeur de Bernard Laroche, avait affirmé qu'elle était avec lui le jour du meurtre et avoir assisté à l'enlèvement de Grégory, avant de se rétracter trois jours plus tard. La grand-mère du petit Grégory a contesté le fait d'avoir écrit au juge Simon. Elle s'était ensuite rétractée. "Il y a une concordance entre le contenu des appels et le contenu des écrits". Ceux qui ont participé à cet enlèvement sont les auteurs du crime (.) Nous ne savons pas de quelle façon est mort Grégory.

16h58. Marcel Jacob a "dissimulé contre l'évidence ses antagonismes parfois violents contre les parents de Grégory". Des déclarations jugées "peu crédibles". En 1982, il apostrophe son neveu alors tout juste promu contremaître: "Je ne serre pas la main à un chef".

16h55.La détention provisoire vise à "empêcher une concertation frauduleuse et toute forme de pression envers les différents protagonistes", ajoute Jean-Jacques Bosc. Les deux suspects nient "toute participation aux faits reprochés".

Selon des sources proches du dossier, Jacqueline Jacob a observé le silence durant sa garde à vue, tandis que son mari Marcel a martelé qu'il ne se rappelle de rien.

Pour l'heure, ils sont incarcérés de manière provisoire, en attendant la décision de la chambre de l'instruction, sur un placement en détention provisoire ou une remise en liberté sous contrôle judiciaire. Ou bien est-ce Marcel Jacob, puisqu'il lui ressemblait?