Lundi, 18 Juin, 2018

François Bayrou quitte le gouvernement — France

Le ministre français de la Justice François Bayrou à Pau dans le sud-ouest de la France le 18 juin 2017Plus Le ministre français de la Justice François Bayrou à Pau dans le sud-ouest de la France le 18 juin 2017Plus
Manon Joubert | 26 Juin, 2017, 00:35

Vincent Bru a précisé que "beaucoup de personnalités nouvelles" ont fait leur entrée au gouvernement, ce qui correspond à l'intention d'Emmanuel Macron de renouveler profondément la vie politique "en appelant aux ministères les gens compétents qui n'avaient pas de carrière".

Le ministre de la Justice François Bayrou a annoncé qu'il quittait le gouvernement ce mercredi 21 juin. Un remaniement "technique" devenu politique bien plus important que prévu.

Sa convocation en milieu de matinée dans les locaux de l'office anticorruption de Nanterre intervient au lendemain de la démission du gouvernement des ministres de la Justice François Bayrou et des Affaires européennes Marielle de Sarnez, respectivement président et vice-présidente du MoDem.

Le ministre de la Justice François Bayrou, mis en difficulté par l'enquête liée aux soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires européens qui vise le MoDem, annonce à l'AFP qu'il quitte le gouvernement. "Les temps partiels qui étaient financés par l'Europe servaient les ambitions de François Bayrou". "Cette situation exposait le président de la République et le gouvernement", a-t-il déclaré mercredi lors d'une conférence de presse". L'exécutif maintien par ailleurs "l'objectif" d'annoncer le gouvernement avant 18 heures.

M.Bru a également fait part à Sputnik de son point de vue sur la personne qui représentera le groupe MoDem à l'Assemblée Nationale. Cette enquête ouverte pour "abus de confiance" visait 19 eurodéputés, dont deux du MoDem: son ex-vice-président Robert Rochefort, et Marielle de Sarnez. Un retour pour Florence Parly, quinze ans après avoir été secrétaire d'État au Budget (entre 2000 et 2002) sous Lionel Jospin.

Jacqueline Gourault: La sénatrice et membre du MoDem permet au parti de François Bayrou de conserver un membre au gouvernement.

Celui-ci était détenu dans le gouvernement Philippe I par Jacques Mézard, du PRG.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, conserve son poste. Cet extrait de sa prise de parole a été isolé par BFMTV. Si l'affaire est d'autant plus embarrassante que M. Bayrou qui a piloté un projet de loi qu'il a présenté la semaine dernière sur la moralisation de la vie publique, un des chantiers prioritaires du chef de l'Etat après une campagne présidentielle entachée par les affaires, pour le Président Macron c'est apparemment du pain béni et une occasion inespérée de pouvoir se débarrasser d'un allié, certes, mais combien encombrant.