Samedi, 21 Octobre, 2017

Filière djihadiste de Cannes-Torcy

À la une ce jeudi 22 juin… L'heure du verdict pour la filière jihadiste de Cannes-Torcy
Jean-Pascal Bellegarde | 24 Juin, 2017, 01:01

Vingt membres présumés de la filière djihadiste de Cannes-Torcy, un temps considérée comme une des plus dangereuses de France, comparaissaient depuis le 20 avril. Il écope de la peine la plus lourde: 28 ans de prison.

L'attentat de Sarcelles, un crime antisémite et leur principal fait d'armes, n'a pas fait de mort "mais l'intention était bien de tuer", avait martelé l'avocat général Philippe Courroye, fustigeant l'apparente désinvolture de certains accusés, signe selon lui d'une "radicalité" toujours intacte.

L'accusation avait demandé des "peines exemplaires", allant jusqu'à la perpétuité et assorties de périodes de sûreté, contre une filière redoutable.

La parole est donnée jeudi matin une dernière fois aux accusés, avant que la cour ne se retire pour délibérer: âgés de 23 à 33 ans, ils sont dix dans le box, sept comparaissent libres et trois sont en fuite.

Des peines de 14 à 20 ans de réclusion ont été prononcées à l'encontre des "Syriens" de la bande, la peine la plus lourde étant infligée à Ibrahim Boudina, qui a passé seize mois en Syrie et qui était selon l'accusation "revenu pour commettre un attentat" sur la Côte d'Azur. Jérémy Bailly, a toujours nié sa participation à cet attentat, alors que le benjamin du groupe Kévin Phan, l'en a à plusieurs reprises accusé.

La plus petite peine de prison, d'un an, a été prononcée contre Sofien Hamrouni, qui avait conduit deux de ses copains qui partaient vers la Syrie à l'aéroport.

Zyed Tliba, ancien militaire qui avait gardé des liens avec son frère Abdelkader, condamné à 14 ans pour un séjour en Syrie, et Nizar Jabri, qui avait fréquenté la bande des Cannois, ont été acquittés. Les jurés se sont prononcés sur les cas des vingt membres de groupuscule considéré comme l'un des plus dangereux de France.

Jamel Bouteraa, contre qui 18 ans ont été demandés pour un départ en Syrie et des repérages aux abords d'un camp militaire, a prié la cour de ne pas juger "avec passion", alors que les attentats jihadistes se succèdent en Europe. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.