Mardi, 14 Août, 2018

Exhumation de Dali ordonnée après une demande en paternité

Une juge de Madrid a ordonné l'exhumation des restes du peintre espagnol Salvador Dali 28 ans après Une juge de Madrid a ordonné l'exhumation des restes du peintre espagnol Salvador Dali 28 ans après
Max Fresnel | 27 Juin, 2017, 15:07

Les parties ont 20 jours ouvrables pour contester la décision et la Fondation Salvador Dali, qui gère et protège le patrimoine laissé par le peintre, a aussitôt assuré qu'elle déposerait un recours contre cette procédure civile.

Le passé de Salvador Dali le rattrape jusque dans sa tombe.

Dans un témoignage confus diffusé en mars 2015 à la télévision catalane TV3, elle assurait que quand elle avait huit ans, sa grand-mère lui avait confié: "Je sais que tu n'es pas la fille de mon fils, je sais que ton père est un grand peintre".

La justice espagnole a annoncé lundi 26 juin avoir ordonné, presque 30 ans après sa mort, l'exhumation des restes du peintre Salvador Dalí en vue d'un prélèvement d'ADN. L'histoire lui a été révélée dès l'enfance par sa grand-mère, le jour où elles avaient croisé par hasard l'illustre peintre alors qu'elles se baladaient dans les rues de Figueras.

Pilar Abel, une tireuse de carte de la ville de Girona qui est née en 1956, prétend qu'elle est née d'une idylle entre Dali et sa mère, Antonia.

Pilar Abel a aussi fait parler d'elle en 2005 pour avoir poursuivi l'écrivain Javier Cercas pour 600 000 euros (près de 900 000 dollars canadiens), affirmant qu'il avait l'avait prise comme modèle et insultée en créant son personnage de Conchi, prophétesse de son roman Soldados de Salamina. Marié à Gala, Salvador Dali a la particularité d'avoir une deuxième tombe aux côtés de sa femme dans le château de Pubol, mais dans laquelle il n'a finalement pas été enterré.

"L'histoire paraît totalement invraisemblable", prévenait le quotidien, expliquant que cette femme née en 1957 dans une clinique de Figueras disait être le fruit d'amours clandestines à Cadaquès. Procéder à un test de paternité en dehors de ce cadre est illégal. Pilar Abel serait née quelques mois plus tard. Elle sera réalisée par des laboratoires agréés, un échantillon d'ADN du père et de sa fille présumée est extrait.