Samedi, 21 Octobre, 2017

Violée à 10 ans, elle pourra finalement avorter

Une Indienne de 10 ans veut pouvoir avorter après des viols répétés La justice indienne est saisie pour autoriser ou non une fillette de 10 ans violée à de multiples reprises par son beau-père à avorter
Manon Joubert | 18 Mai, 2017, 00:46

Le calvaire de la petite fille a été découvert quand celle-ci s'est confiée à sa mère, laquelle la laissait fréquemment à la maison pendant qu'elle allait travailler comme employée de maison. Quand l'enfant a signalé les viols, le délai de 20 semaines au delà duquel les interruptions volontaires de grossesse (IVG) ne sont autorisées que dans les cas où la vie de la mère ou de l'enfant est en danger était dépassé. Le beau-père a quant à lui été arrêté immédiatement. Une fillette âgée de 10 ans a déposé une requête auprès de la plus haute juridiction d'Inde afin d'obtenir le droit d'avorter, même après avoir dépassé le délai légal 20 semaines de grossesse. Une fillette indienne de 10 ans, originaire du district de Rohtak dans l'Etat septentrional de Haryana, se bat pour pouvoir avorter selon la BBC. Les défenseurs des droits des femmes militent pour prolonger ce délai à 24 semaines.

L'espoir peut être de mise pour le cas révélé mardi quand on se souvient qu'en 2015, une adolescente de 15 ans victime de viols avait été autorisée par la Cour suprême à avorter en dépit d'un dépassement de la limite de temps légale.

Plusieurs femmes ont saisi la justice indienne ces derniers mois pour demander une autorisation d'IVG au-delà de 21 semaines de grossesse. Pankaj Nain a expliqué avoir auditionné la fillette, qui reçoit des soins médicaux et une aide psychologique.

Chaque année, près de 40 000 viols sont recensés en Inde, bien que le nombre soit en réalité largement supérieur, les victimes choisissant souvent de se taire.