Vendredi, 15 Décembre, 2017

Un procureur spécial nommé pour enquêter sur Trump et la Russie

Donald Trump est «foutu» selon plusieurs membres de son administration États-unis. Trump aura-t-il son « Watergate » ?
Manon Joubert | 19 Mai, 2017, 12:00

Au final, le procureur spécial devra répondre au sous-procureur Rosenstein, et donc par extension au président Trump. Le milliardaire a aussi admis dans une interview que le limogeage était lié à son exaspération vis-à-vis de l'enquête sur les ingérences russes.

Coupant la parole au journaliste qui l'interrogeait lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, M. Trump a répondu: "Non", à la question "Avez-vous à un quelconque moment exhorté (M. Comey) d'une quelconque façon que ce soit à clore ou à renoncer à l'enquête sur Michael Flynn".

D'après les médias américains, Donald Trump aurait en particulier cherché à mettre un terme à une enquête du FBI concernant l'ex-conseiller à la sécurité Michael Flynn, soupçonné de liens avec la Russie.

Mardi 16 mai, le New York Times a dévoilé l'existence d'une note de synthèse de l'ancien directeur du FBI James Comey, brutalement renvoyé par Trump le 9 mai, qui résumait une réunion entre Comey et le président le 14 février dernier.

Un nombre croissant de législateurs du Congrès réclament copie de cette note confidentielle, de même que d'autres mémos relatant les échanges entre MM. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Parmi ces enjeux, il y a l'entretien qu'a eu le président Trump avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. La Maison Blanche ne conteste pas le fond de ces révélations mais insiste sur le fait que le partage d'informations est une prérogative absolue du président. A la suite de cette entrevue diplomatique entre les deux grandes puissances, le président Donald Trump avait été accusé par le "Washington Post" d'avoir divulgué des renseignements classifiés au dignitaire russe. "Mais les informations données font penser à certains -parmi eux des avocats, des membres du congrès et autorités policières- que Donald Trump aurait commis une infraction criminelle", précise The Daily Beast qui s'est adressé à neuf membres actuels ou anciens de l'administration américaine et de la police dont ils ont conservé l'anonymat.

"Je refuse de donner du crédit à cela, je n'ai rien à dire là-dessus", a lâché Paul Ryan, interrogé sur une telle perspective.

Ce dernier affirme qu'avant de tirer des conclusions, il importe de recueillir " toute l'information pertinente ". Le directeur limogé du FBI, James Comey, a pour sa part été invité à une audition publique au Congrès. L'étau se resserrait hier soir sur le président américain qui a estimé " qu'aucun homme politique n'est traité plus injustement " que lui. Dans l'adversité, ne vous laissez pas abattre, a-t-il conseillé aux jeunes recrues: " Battez-vous ".