Vendredi, 15 Décembre, 2017

Trump amende la version officielle du limogeage du directeur du FBI

Il lui est reproché à James Comey sa gestion de l’affaire des mails d’Hillary Clinton qu’il a commentée publiquement durant la campagne électorale contrairement à l’usage au FBI mais à la grande satisfaction à l’époque du candidat Les Démocrates exigent un procureur spécial contre Donald Trump
Max Fresnel | 13 Mai, 2017, 21:51

"J'ai le plus grand respect pour ses capacités considérables et son intégrité (.) Je peux aussi vous dire que le directeur Comey était largement soutenu au sein du FBI, et le reste encore aujourd'hui".

Pour cette question posée au directeur du FBI, Donald Trump peut-être accusé d'avoir interféré dans une enquête du Bureau.

Dans une lettre adressée à M. Comey datée de mardi, M. Trump a martelé que le directeur lui avait confié " à trois reprises " qui n'était pas personnellement sous enquête. Je lui ai demandé: "si c'est possible, pouvez-vous me dire si je fais l'objet d'une enquête?".

Dans une interview accordée à la chaîne NBC, le président américain, Donald Trump, a contredit la version de la Maison Blanche qui expliquait que le limogeage du chef du FBI était une décision prise suite à une recommandation du ministère de la Justice. Il a déclaré qu'il s'agit d'une "enquête très importante" - même si, mercredi, une porte-parole de la Maison-Blanche a dit que c'est "probablement une des plus petites choses" dont s'occupe actuellement le FBI. Une enquête indépendante a été ordonnée, qui est remontée jusqu'à la Maison Blanche.

Mais bon nombre d'élus républicains s'interrogent également sur la décision de Donald Trump.

Dans le même entretien, Donald Trump a confirmé qu'il avait lui-même demandé à M. Comey, lors d'un dîner puis lors de deux conversations téléphoniques, s'il était personnellement visé par l'enquête en cours du FBI sur les ingérences russes dans la campagne électorale de 2016 et sur une éventuelle coordination entre des membres de l'équipe Trump et la Russie.

"Il n'y a eu aucune tentative d'entraver notre enquête à ce jour", a affirmé M. McCabe, tout en promettant de prévenir le Congrès si la Maison Blanche tente d'entraver l'enquête du FBI.

Mais le président américain les a contredits jeudi sur NBC: "En fait, quand je me suis décidé, je me suis dit: +Ce truc avec la Russie, Trump et la Russie, c'est une histoire inventée+", laissant entendre que c'est bien l'enquête sur la Russie qu'il avait à l'esprit en prenant sa décision.

Cette campagne n'était pas parfaite mais j'étais sur le chemin de la victoire avant que la combinaison de la lettre de James Comey du 28 octobre et du site russe WikiLeaks ne suscite le doute chez les personnes qui étaient enclines à voter pour moi.

Les inexactitudes apparentes ont été formulées par M. Comey quand il a expliqué longuement devant les sénateurs pourquoi il avait annoncé publiquement qu'il rouvrait l'enquête du FBI sur les courriels de Mme Clinton.

Le départ du directeur du FBI a suscité des regrets chez certains partisans du président également.

Mais M. Sessions est vivement critiqué par l'opposition démocrate qui demande sa démission pour avoir pesé dans le dossier en recommandant à M. Trump, tout comme Rod Rosenstein, le renvoi de James Comey, officiellement pour sa mauvaise gestion de l'affaire des emails d'Hillary Clinton pendant la campagne.

Le quotidien précise que l'ancien directeur a fait le récit de ce dîner à des proches. D'ex-agents du FBI ont fait savoir qu'une telle déclaration de la part du directeur serait pratiquement impensable.

Le comité sénatorial sur le renseignement a intimé l'ancien conseiller du président à la sécurité nationale, Michael Flynn, de remettre des documents en lien avec l'enquête sur l'implication russe dans l'élection.

Au risque d'agacer le président, M. McCabe a enfin rendu un hommage appuyé à M. Comey.