Четверг, 21 Июня, 2018

Présidentielle: Florian Philippot accusé de "fake" après un tweet

Visite surprise de Marine Le Pen à la cathédrale de Reims EN VIDEO - Accueil chahuté pour Marine Le Pen lors d'une visite à la cathédrale de Reims
Manon Joubert | 06 Мая, 2017, 00:14

Dans ces messages, ils inciteraient à aller chahuter violemment Marine Le Pen lors de sa venue à Reins. "Militants!"

La candidate s'est rendue en compagnie de Nicolas Dupont-Aignan dans la cathédrale où étaient traditionnellement sacrés les rois de France. Marine Le Pen était accompagnée de Nicolas Dupont-Aignan, le Premier ministre qu'elle a choisi si elle est élue. D'après une photo d'un journaliste de L'Union-L'Ardennais, se trouvait parmi les soutiens qui l'accompagnaient Thierry Maillard, ex-figure locale du FN condamnée en novembre 2016 à 2 ans de prison pour trafic d'armes.

C'est finalement par une porte dérobée du palais du Tau, un musée situé à proximité de la cathédrale que les deux responsables politiques semblent être parvenus à sortir, tout de même sous les huées. 'On ne sait pas qui c'est, il ne faisait pas partie de la délégation', a affirmé l'entourage de la candidate. "Les personnes sur place ont scandé des slogans: " rends l'argent " ou encore " Macron président ".

Marine Le Pen exfiltrée de la cathédrale de. "Aucune dignité", a accusé Mme Le Pen sur Twitter. Sauf que ce déplacement surprise avait beau avoir été annoncé à la toute dernière minute et ne pas figurer à son agenda, l'information n'ayant filtré que ce vendredi matin, une foule "en colère" d'environ 200 opposants était massée devant la grille de l'église selon France Bleu Champagne-Ardenne. Le FN n'a jamais confirmé à certains médias, dont l'AFP, cette visite.

Le vice-président du Front National Florian Philippot a interpellé Emmanuel Macron sur Twitter à propos d'une capture d'écran qui laisserait penser que le mouvement candidat d'En Marche! a excité les militants afin qu'ils huent et bousculent son adversaire d'extrême-droite. La journée n'avait déjà pas commencé très fort avec un tweet particulièrement acide du maire LR de la ville, le juppéiste Arnaud Robinet, qui l'avait invité à passer son chemin.