Samedi, 18 Novembre, 2017

Poutine propose de révéler la teneur de la conversation Trump-Lavrov

Trump et Macron auront Le president Emmanuel Macron lors de la cérémonie officielle à la mairie de Paris le 14 mai 2017CHARLES PLATIAU
Mickael LaFromboise | 19 Mai, 2017, 11:57

Le président américain Donald Trump a nié jeudi avoir jamais demandé à l'ancien directeur du FBI James Comey, qu'il a limogé le 9 mai, de mettre un terme à l'enquête de la police fédérale sur son ancien conseiller Michael Flynn. Le président américain est accusé par la presse d'avoir divulgué des informations classifiées au chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, lors de leur rencontre la semaine dernière.

L'organisation a en outre demandé au directeur par intérim du FBI Andrew McCabe de fournir toutes notes que M. Comey pourrait avoir prises relativement à des discussions qu'il a eues avec la Maison-Blanche ou des responsables du département de la Justice au sujet de l'enquête qu'il menait jusqu'à tout récemment sur la présumée ingérence de la Russie dans la campagne électorale de 2016.

Le président russe s'est dit "prêt à fournir l'enregistrement" du récent entretien à Washington entre Sergueï Lavrov et Donald Trump: "Si l'administration américaine l'autorise, nous sommes prêts à fournir l'enregistrement de la conversation entre Lavrov et Trump au Congrès et au Sénat américains", a déclaré Vladimir Poutine, au cours d'une conférence de presse à Sotchi avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni. D'après le Washington Post, les informations secrètes concernaient une opération préparée par le groupe Etat islamique. Le président russe a réagi en estimant qu'une 'schizophrénie politique' régnait aux Etats-Unis. Et s'ils comprennent tout, alors ils sont dangereux et malhonnêtes'. Ces révélations ont provoqué un tollé aux Etats-Unis.

Mais, dans une série de tweets jeudi matin, Donald Trump n'a pas caché son agacement devant cette nouvelle épreuve.

Jeudi toujours, des responsables américains informés du dossier ont indiqué à Reuters que Michael Flynn et d'autres conseillers de la campagne de Donald Trump ont été en contact avec des responsables russes et des personnes jugées proches du Kremlin à au moins 18 reprises entre avril et novembre 2016.

Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a ainsi tweeté mercredi que "les relations sécuritaires entre Israël et les Etats-Unis, notre plus grand allié, sont profondes, importantes et sans précédent par leur étendue". "Cela continuera à être le cas", a-t-il ajouté.