Samedi, 22 Juillet, 2017

Moon Jae-in élu — Corée du Sud

Présidentielle en Corée du Sud les jeunes veulent du changement Les Sud-Coréens votent pour tourner la page du scandale Park
Manon Joubert | 14 Mai, 2017, 05:54

SÉOUL, Corée, République de - Le candidat libéral Moon Jae-in a annoncé mardi avoir remporté l'élection présidentielle en Corée du Sud, après l'abandon de ses deux principaux rivaux. Il remplace Park Geun-Hye, président destitué.

De nombreux électeurs comptent profiter du scrutin pour dire leur colère, non seulement vis-à-vis de la corruption d'une partie des élites, mais aussi de la vie chère et de l'augmentation du chômage. Le taux de participation, de 77,2%, est le plus élevé depuis 20 ans.

Kul Sun-Chul, 59 ans, a expliqué avoir voté pour M. Moon car " ce pays a besoin de rétablir la démocratie qui a été tant laminée par le gouvernement Park ".

"Avec cette posture, Moon Jae-In coupe l'herbe sous le pied de son allié américain, qui a tendance à suivre la Corée du Nord sur les sentiers d'une dangereuse escalade verbale".

M. Moon prône le dialogue avec la Corée du Nord afin de désamorcer les tensions et de l'inciter à revenir à la table des négociations.

Enfin, le président Xi a estimé que des relations plus solides entre les deux pays servaient les intérêts communs de leurs peuples et qu'elles étaient propices à la paix, la stabilité et le développement de la région.

Le Nord, qui rêve de mettre au point un engin atomique capable d'atteindre le continent américain, a procédé à deux essais nucléaires depuis début 2016 et à de multiples tirs de missiles. Une ouverture symbolisée par l'ouverture du parc industriel intercoréen de Kaesong en 2004 et par le sommet de 2007 avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il. Il devançait nettement son plus proche rival, le conservateur Hon Joon-pyo, à 25,5%.

Habitués à vivre avec la menace nord-coréenne, la question des programmes balistique et nucléaire de Pyongyang ne détermine pas le vote sud-coréen.

L'élection a été anticipée, en raison de la destitution de la présidente Park Geun-Hye, qui s'est retrouvée au cœur d'une énorme affaire de corruption.

En cause notamment, une confidente de l'ombre de l'ex-présidente, Choi Soon-Sil, accusée d'avoir profité de ses entrées pour extorquer des dizaines de millions de dollars aux grands groupes.

Dans ses premières nominations, le président Moon a désigné Lee Nak-yon, actuel gouverneur de la province de South Jeolla, au poste de Premier ministre.

La Chine, a dit le numéro un chinois dans son message, souhaite traiter de façon appropriée le différend avec la Corée du Sud, sur la base de la confiance et d'une compréhension mutuelle. Au cours de la campagne électorale, Moon a exprimé les réticences que lui inspire le déploiement en Corée du Sud de ce dispositif américain de destruction de missiles à haute altitude, considéré comme une agression par Pyongyang et également rejeté par Pékin, qui y voit une menace stratégique et un moyen d'espionnage.