Vendredi, 15 Décembre, 2017

Malaise face à un festival afro-féministe — Paris

Image d'illustration Image d'illustration
Jean-Pascal Bellegarde | 31 Mai, 2017, 00:35

"Un festival interdit aux "Blancs" dans des locaux publics, Anne Hidalgo doit s'expliquer", a clamé Wallerand de Saint-Just, le secrétaire de la fédération du Front national (FN) de Paris, le 26 mai. Anne Hidalgo a averti qu'elle se réservait "également la possibilité de poursuivre les initiateurs de ce festival pour discrimination" et a condamné "avec fermeté l'organisation à #Paris de cet événement 'interdit aux Blancs'".

La préfecture de police a dit dimanche qu'elle n'avait "pas été saisie à ce jour".

Alors que la polémique avait initialement été lancée par des mouvements d'extrême-droite dont le site Fdesouche, elle a pris de l'ampleur ce dimanche quand Anne Hidalgo a demandé l'interdiction du festival.

Entre-temps, la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) avait dénoncé "l'organisation d'un festival comportant des espaces "en non-mixité" fondés sur la race ". "Je vais saisir le Préfet de Police en ce sens", a-t-elle ajouté.

Dans la foulée, c'est Anne Hidalgo qui a réagi.

- "Nyansapo": C'est le nom du festival afroféministe organisé par le collectif Mwasi à Paris au mois de juillet. Il n'en fallait pas plus pour que les accusateurs d'un " racisme anti-blancs " ne s'insurgent.

Dans un texte publié en 2016, la sociologue Christine Delphy rappelait que "la pratique de la non-mixité est tout simplement la conséquence de la théorie de l'autoémancipation". "L'alinea 4 de l'article 225-3 pourrait venir en appui des organisateurs du festival", confirme Claire Abate, relevant par ailleurs qu'il existe plusieurs champs du droit où les discriminations sont tolérées, "dans le droit du travail, si vous recrutez un mannequin par exemple". "Notre afroféminisme est une réponse politique et collective au système raciste, hétéro-patriarcal et capitaliste, s'inscrivant dans l'histoire et les héritages des femmes et féministes noires ayant mené des luttes pour l'émancipation et la libération", est-il écrit sur le site de l'association.

Vous n'avez pas pu échapper à la polémique concernant le festival parisien Nyansapo et ses ateliers non-mixtes.

Le festival Nyansapo est un nouvel évènement " afro-féministe militant à l'échelle européenne " qui fait couler de l'encre et crée des réactions très vives non seulement auprès de la mairie de Paris, mais aussi auprès de nombreux internautes. Le festival Nyansapo prévoyait des espaces mixtes et d'autres "non mixtes femmes noires" et "non mixtes personnes noires".

Il y a un besoin pour les femmes noires, comme pour toutes les personnes opprimées, de se retrouver entre elles, sans avoir à se justifier sur leur ressenti
Selon l'historienne, cette demande de non-mixité répond à une réelle utilité. Il s'agissait d'un "séminaire de formation à l'antiracisme", réservé aux victimes de ce qu'il appelait le "racisme d'Etat" ou les "racisés", excluant de facto les personnes blanches.