Mardi, 23 Mai, 2017

Les organisateurs de Roland-Garros refusent une invitation à Sharapova

Maria Sharapova ne participera pas à l’édition 2017 de Roland-Garros Maria Sharapova ne participera pas à l’édition 2017 de Roland-Garros. | AFP
Mickael LaFromboise | 17 Mai, 2017, 01:10

De retour à la compétition à Stuttgart, fin avril, après 15 mois de suspension pour dopage, la Russe s'est vue refuser une invitation pour les Internationaux de France.

Double vainqueur des Internationaux de France en 2012 et 2014, Maria Sharapova manquera donc le rendez-vous parisien pour la deuxième année d'affilée. "Il appartient à Maria, jour après jour, tournoi après tournoi, de trouver seule la force pour reconquérir des titres majeurs", a expliqué le président de la Fédération, Bernard Giudicelli, via Facebook Live. S'il peut y avoir une "wild card" pour le retour de blessure, il ne peut en être de même pour un retour de dopage.

"C'est un tournoi allemand, des joueuses allemandes auraient besoin d'invitation", avait déclaré la N.1 mondiale Angelique Kerber (N.2 à l'époque), entre autres, avant l'entrée en lice à Stuttgart de Sharapova qui y avait atteint les demi-finales, battue par la Française Kristina Mladenovic. Mais malgré sa renommée, Bernard Giudicelli avait émis ses réticences sur cet épineux dossier.

L'opinion des joueuses est "le dernier de mes soucis" avait rétorqué Sharapova.

Ferme sur le cas Sharapova, le président a néanmoins accordé une wild-card pour les qualifications au Français Constant Lestienne (253e), suspendu trois mois l'an passé pour des paris illicites.

La Russe, pour qui les invitations commençaient à pleuvoir un peu partout, ne bénéficiera pas d'une wild-card. Ainsi en ont décidé les organisateurs de Roland-Garros. Le choix de la FFT pourrait dans tous les cas avoir une incidence sur la participation de la Tsarine à Wimbledon, du 3 au 16 juillet. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.