Jeudi, 20 Septembre, 2018

Le point des interpellations — Attentat de Manchester

Max Fresnel | 26 Mai, 2017, 06:30

Un millier de soldats ont été déployés sur des lieux sensibles dans les grandes agglomérations pour soulager les forces de police.

'Compte tenu de la menace, actuellement à un niveau critique, et de la situation en cours ici, la Première ministre prévoit pour le moment de raccourcir son programme au G7', a indiqué un haut responsable britannique.

- Interpellation mardi de Hachem Abedi, frère du kamikaze, au domicile familial à Tripoli, puis de son père Ramadan Abedi mercredi, par les services de sécurité libyens.

La police de Manchester a annoncé mercredi l'arrestation d'une sixième personne, une femme, en relation avec l'attentat qui a fait 22 morts à la sortie d'un concert lundi dans la ville du nord-ouest de l'Angleterre.

Le sommet doit se terminer samedi en milieu de journée.

Ces éléments, analysés par des artificiers interrogés par le quotidien, permettent de déduire que la bombe était "puissante, dotée d'une charge ultra-rapide, mais aussi que les morceaux de métal ont été disposés avec soin et méthodiquement" pour faire le maximum de dégâts.

L'attentat a été commis à l'issue d'un concert de la chanteuse pop américaine Ariana Grande.

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat qui a fait 22 morts dont plusieurs enfants, parmi lesquels une fillette de huit ans, ainsi que 59 blessés.

Un proche de la famille habitant à Manchester a déclaré à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, que Salman Abedi s'était rendu en Libye peu avant l'attentat et avait regagné la Grande-Bretagne quatre jours avant.

"Quelques minutes après cette déclaration agacée, le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb, affirmant ne savoir " que ce que les enquêteurs britanniques nous ont appris", révélait que le kamikaze présumé de l'attentat était " sans doute " passé par la Syrie et avait des liens " avérés " avec Daesh.

Salman Abedi est né à Manchester de parents libyens ayant fui le régime de Mouammar Kadhafi.

La fuite d'éléments de l'enquête dans des médias américains a provoqué la colère des autorités britanniques, qui craignent qu'elles n'affaiblissent l'enquête. Cinq hommes avaient déjà été arrêtées mardi et mercredi dans le cadre de l'enquête.

Un certain "Adel", d'origine libyenne et âgé de 44 ans, "a été menotté et emmené dans une voiture", a raconté à l'AFP Omar Alfaqhuri, qui vit en face d'une maison où au moins un suspect a été arrêté.

"Il semble probable, possible, qu'il n'a pas agi seul; les services de renseignement et la police remontent par conséquent leurs pistes afin d'obtenir toutes les informations dont ils ont besoin pour assurer notre sécurité", a-t-elle dit.

Nick Lewis, père d'une collégienne grièvement blessée, a décrit près de dix heures de chirurgie: sa fille Freya "a été recousue, percée, ressoudée et ré-assemblée sous des pansements. La pente va être longue à remonter mais on s'y met", a-t-il dit.

Mme May et son rival travailliste Jeremy Corbyn ont décidé de "suspendre jusqu'à nouvel ordre" leur campagne en vue des élections législatives du 8 juin. Le club londonien a également annoncé faire un don aux victimes.

Manchester United devait malgré tout disputer mercredi soir, avec un brassard noir, la finale de l'Europa League à Stockholm. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.