Samedi, 22 Juillet, 2017

Législatives : Jean-Luc Mélenchon présente ses candidats

Pour Jean Triguero PCF il n'y a pas d'accord avec la France insoumise Pour Jean Triguero PCF il n'y a pas d'accord avec la France insoumise
Manon Joubert | 15 Mai, 2017, 00:53

"Aujourd'hui les choses sont apaisées".

Mais le secrétaire général d'En marche!, Richard Ferrand, a semblé relancer la polémique en démentant tout accord d'appareil avec le MoDem.

Le mouvement En Marche! a réuni hier ses candidats aux législatives pour leur livrer feuille de route et astuces de campagne à la veille de l'investiture du nouveau président.

"La proposition de réunion publique pour lundi 15 mai 2017 à Céret du collectif "1 candidature mais pas 2 " laisse dubitative La France Insoumise". "Ma candidature n'a donc plus lieu d'être", ajoute le communiste.

"Nous sommes candidats partout, avec comme objectif gouverner le pays et constituer une nouvelle majorité", a affirmé Jean-Luc Mélenchon samedi lors d'un rassemblement de candidats à Villejuif, près de Paris, espérant que les 7 millions de voix qu'il a obtenues au premier tour de la présidentielle donneront à son mouvement l'élan nécessaire pour remporter le scrutin et imposer une cohabitation à Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon a concentré ses attaques contre le futur chef de l'Etat, qui sera investi dimanche et qu'il considère comme son seul "interlocuteur" - car "la plupart de nos concurrents ne servent à rien - et le seul porteur, face à lui, d'une "cohérence politique".

"Le comité électoral a décidé que nous ne présenterions pas de candidats là où des communistes sortants ont adressé leur parrainage à Jean-Luc Mélenchon", a déclaré son directeur de campagne, Manuel Bompard.

Cette convention nationale de La France insoumise doit permettre aux candidats venus de toute la France de lancer véritablement la campagne pour les législatives des 11 et 18 juin, dont l'objectif est de faire du mouvement la première force d'opposition à gauche, pour "refuser de donner les pleins pouvoirs au gouvernement Macron".

"Je vous demande d'utiliser cet argument", a-t-il dit, en indiquant qu'il s'agissait de "montrer qu'il faut que ce jeune homme soit tempéré dans ses folies par la main avisée d'un sage qui connaît de quel côté est le bonheur du peuple".

A la question de savoir si des candidats DLF seraient opposés à des candidats FN, un proche de M. Dupont-Aignan interrogé par l'AFP a répondu: 'Forcément'.