Samedi, 18 Novembre, 2017

Législatives: 428 candidats En Marche! investis, dont 52% de la société civile

Manuel Valls veut rejoindre Emmanuel Macron France : l'ancien PM Manuel Valls veut être candidat de la "majorité présidentielle"
Manon Joubert | 12 Mai, 2017, 10:18

"Au Parti socialiste, ce n'est pas comme au Front national, à En Marche! ou à la France insoumise: ce n'est pas le chef qui décide d'exclure".

Jeudi, il lance donc la bataille des législatives (11-18 juin) qui devra être menée tambour battant par les postulants de la République en marche, le nouveau nom du parti. "Non, plaide Manuel Valls, ma démarche est individuelle, sincère".

C'est évidemment la lecture en creux de cette liste qui a focalisé l'attention et notamment le blanc laissé face à l'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls, qui avait annoncé briguer l'investiture La République En marche! cette semaine.

Manuel Valls a "salué" jeudi dans un communiqué la décision de La République en marche!, le parti d'Emmanuel Macron, de ne pas investir de candidat dans sa circonscription, et précisé qu'il s'y présenterait en "homme libre".

"L'idée, contrairement à ce que l'on dit, n'est pas d'humilier ni de brutaliser ces candidatures", a indiqué à l'AFP une source à La République en marche. "Au contraire, cela nous oblige à les analyser et à être prudents sur un certain nombre de circonscriptions", poursuit ce même cadre, précisant que "cela ne présage pas de l'issue" de l'examen.

On aura un aperçu du nombre de circonscriptions réservée au MoDem, le seul parti ayant bénéficié d'un accord d'appareil au nom de l'alliance conclue avec François Bayrou dès février, avec un volet législatives.

Alors qu' aucun député Les Républicains n'a officiellement rallié Emmanuel Macron, "quelques uns" devraient aussi sortir du bois à cette occasion.

"Au moment où nous rassemblons, nous estimons qu'on ne claque pas la porte au nez à un ancien premier ministre" qui souhaite rallier la majorité présidentielle, a dit M. Ferrand.

Les promesses d'investir au moins 50% de femmes, dans des circonscriptions gagnables, et 50% de membres de la société civile seront-elles respectées?

En coulisses, cependant, les tractations vont bon train entre l'entourage de M. Macron et la frange la plus modérée de la droite qui voit sa victoire d'un bon oeil.

"Tout cela est extrêmement fragile et balancer des candidats de la société civile, c'est un risque énorme, d'autant plus que le capital de voix de la présidentielle n'est pas énorme", s'inquiète un soutien de M. Macron.

L'investiture pour les Législatives n'est pas "automatique".